Article du 01-12-2006

Le siècle de Charlemagne. (Toile de 5mètres x 3 mètres extraite du Pictorama)


"Charlemagne" (détail en cours d'exécution) tempera sur toile – 5 m x 3 m – R. Dumoux

L'ensemble monumental peint intitulé "Pictorama" parcourt l'histoire jusqu'à nos jours et se projette dans le Futur, comme nous l'avons vu dans certaines toiles récentes à propos de la Science ou de la conquête de l'espace.
Plusieurs toiles ont été consacrées à l'Antiquité ainsi qu'au Moyen Age par exemple. Nous aborderons la longue évolution conduisant des 1ers siècles de notre ère aux premières cathédrales, des débuts du christianisme à Clovis et à Charlemagne.

Une approche historique est nécessaire pour saisir les caractéristiques marquantes de ce moment et en particulier pour le siècle de Charlemagne.

Le temps des carolingiens est une période majeure de l'histoire.
Après des hésitations et des conflits , maintenant, on construit, on unifie, on installe une culture. Charlemagne est l'acteur principal de cette évolution et il est considéré comme le père de l'Europe.
Il vient au pouvoir en 768 succédant à Pépin le Bref.Il partage d'abord le trône avec son frère Carloman. Charles va régner pendant 47 ans et conquiert une grande partie de ce qui est aujourd'hui l'Europe, de l'Irlande à l'Ukraine. Ses conquêtes ont un aspect d'apport culturel ou d'évangélisation .
Carolus Mgnus sera couronné le jour de Noêl de l'an 800 par Léon 3.
C'est ce couronnement qui fait l'objet de la scène centrale de la toile.

Il est intéressant d'aborder les traits essentiels de l'époque de Charlemagne.
C'est ce que l'on a appelé la Renaissance Carolingienne.

Cette renaissance se manifeste en premier lieu dans le domaine de l'architecture.
Charles va favoriser l'imitation des constructions antiques et romaines.
En effet il faut construire car les moines abandonnent l'état érémitique et  s'organisent en laures. On construit des monastères et des cités épiscopales dont l'importance et le style sont caractéristiques. L'imitation  de l'antique est une recherche délibérée et il faut méditer Vitruve.
On veut faire revivre l'ancien empire d'Occident.
La célèbre statue équestre de Charlemagne ( présente dans la grande toile) a un caractère antique.

St Riquier dans la Somme dont la silhouette massive figure dans la toile, est le symbole même de la civilisation carolingienne. St Riquier, c'est à dire Centula qui était aussi étendu que Cluny plus tard, était une institution d'état et le bourg accompagnait l'abbaye. Cette ville sainte avait une banlieue composée de 7 villages.
Cette architecture typique, inspirée de l'Antiquité, présente des voûtes couvrant de larges espaces et donne le goût de la grandeur. L'originalité de cette architecture réside dans le décor fait de colonnes antiques et et le choix de modules carrés.
Tout un ensemble d'éléments architectoniques permettant aussi de figurer des histoires telles que des fresques étonnantes relatant l'histoire des Francs de l'Antiquité aux conquêtes de Charlemagne. Ou bien ce sont des scènes bibliques ou de l'évangile comme à Lorches ou à Trèves.
Déjà, là, on se rend compte du travail du peintre qui témoigne d'un certain réalisme dans les portraits dans la continuité du portrait antique.

Nous abordons là un autre aspect majeur de la culture carolingienne.
Après l'architecture, le miracle carolingien est au début du 9 ème siècle, l'apparition de la peinture de manuscrits (comme de l'orfèvrerie et la sculpture sur ivoire). On assiste à la naissance du livre illustré carolingien. Rien ne s'était vu de tel: on va décorer des recueils d'évangiles. Le miniaturiste Gundohinus prend ses modèles au Nord de l'Italie et s'inspire de la tradition antique et byzantine.

A la cour de Charlemagne le 1er ouvrage est l'évangéliaire de Godescalc. Tous les modèles appartiennent au monde byzantin ou gréco-romain.
L'art carolingien est vraiment un art de cour avec des peintres très actifs qui vont créer des évangéliaires importants tels:
l'évangéliaire Cotton, l'évangile de St Riquier ou l'évangile de Corsch
– puis les évangiles créés à Reims grâce à un personnage appelé Ebbon qui fait venir des artistes importants.
– Il y a aura par exemple aussi le psautier d'Utrecht. ses multitudes de figures dont certaines seulement esquissées sont dans la tradition grecque hellénistique et sont une source d'inspiration très vivante . L'expressionnisme des peintres rémois exagère les formes et leur confère un lyrisme romantique. On remarque la nervosité frissonnante de ces peintures, de même que l'on remarque une approche du réel naturaliste et en particulier du portrait.
Les rémois avaient entre leurs mains un manuscrit du 2ème siècle qu'il faut citer absolument: le Phisiologus, traité symbolique de la nature dans lequel ils puisaient, ce qui constitua une véritable renaissance formelle et spirituelle. Les rémois empruntent par exemple les paysages des fonds des célèbres évangélistes.
 La pensée carolingienne va créer un passage de l'antique la spiritualité médiévale.

Il faut citer enfin les peintres de Charles le Chauve (la Bible de Charles Le Chauve) qui créent parfois de véritables scènes narratives.
Citons enfin : la Bible de St Calixte, la Bible de Ratisbonne et le sacramentaire de Metz qu'il est passionnant de consulter pour cet esprit de la Renaissance Carolingienne.

En conclusion cette Renaissance a peu duré mais elle fut un phare dans la nuit du temps pour l'Europe et elle est à l'origine de l'humanisme du moyen Age.De même que les temps modernes lui doivent beaucoup jusqu'à notre écriture qui a pris des modèles dans les manuscrits carolingiens. (qui au 16 ème avaient été pris parfois pour des oeuvres antiques!)
Cette documentation parait longue mais elle explique l'importance de la toile de 5 mx 3 à propos de  Charlemagne.

On comprend ainsi pourquoi dans ce tableau le couronnement au centre est entouré de scènes suivantes:
– la conquête pacifique des peuples par Charlemagne à gauche.
– la culture, l'éducation, les lettres et la peinture des manuscrits, à droite, sous des voûtes byzantines et antiques.
– Si au loin à gauche, se profile la bataille de Roncevaux, en plein centre, s'imposent des édifices imposants et carolingiens qui évoquent St Riquier.

Cette grande toile dépeint l'importance de Charlemagne pour son rôle de pacificateur et d'unificateur mais aussi pour son rayonnement déterminant tant au point de vue de la culture, de l'art que de l'architecture. Elle fait de Carolus Magnus le fondateur de la culture occidentale.

R. Dumoux
www.viapictura.com