Réalisations en cours (Mai, Juin, Juillet 2007) : Les dessins et la répétition.

Image à la Une : Dessins (répétitions, inversions) – R. Dumoux. © viapictura.com

Dessins et répétition.

Le travail quotidien du peintre R. Dumoux (voir le site www.viapictura.com) est fait  de multiples pages graphiques qui constituent un inventaire tant iconographique que technique ou historique.

Il a déjà été question sur ce blog des collections de dessins qui sont un répertoire important, base de tout le travail.
Répertoire dont un aperçu est donné par le site selon diverses rubriques.

Ce corpus de dessins est en soi une création, une sorte de process art, d’art en création continue au même titre que le déroulement des heures, des jours et des impressions.

– Un aspect particulier de cette création continue est à relever, celui de la répétition, c’est à dire de la reprise volontaire de certaines compositions et dessins.

Par exemple, telle scène ornementale de « singeries » ou telle crucifixion, ou encore tel duo mythologique sera repris 3, 4 ou 5 fois.

Un exemple récent fait intervenir 10 fois le même motif. Il s’agit d’une crucifixion qui est au centre d’une sorte de visage fait de grosses fleurs mais dont l’aspect général évoque une tête de mort. Une autre finit par s’inscrire dans un cœur.
Ce sont des images qui ont évolué peu à peu par modifications successives, vers un aspect tout à fait métamorphosé. Il s’agit alors de multiples originaux.

– A chaque reprise, des changements interviennent. Les variations improvisées ont trait à la composition, au dessin mais aussi à la couleur. De plus certaines exemplaires sont inversés.

Reprises ou inversions se font en reportant par transparence sur une vitre.
C’est un procédé élémentaire qui a été souvent utilisé par Fragonard.

– La reproduction mécanique, la sérigraphie a été utilisée pour la création de multiples par Warhol : on connaît les divers exemplaires des Marilyn ou des Maos. Ou bien encore les répétitions des portraits de Liz Taylor en Cléopâtre où certains visages sont à demi effacés.
(à remarquer cependant que les visées de Warhol étaient différentes des démultiplications manuelles de Fragonard.)
Chacun des exemplaires est identique dans la forme, mais la couleur à travers l’écran de soie y introduit des coulées, des effacements qui à chaque épreuve produit une œuvre originale.
Cette pratique de la répétition est aussi à rapprocher des œuvres en série, telles les toiles de Monet (les meules ou les cathédrales  offrent des variations colorées selon les heures du jour)

– On retrouve là, cette méthode de Cozens ou de Hercule Seghers qui à partir d’une même tache ou d’une même plaque de cuivre obtenait des oeuvres originales à chaque fois, du fait de l’intervention de la couleur, de la matière ou du support préparé différemment.

– La quête de l’imaginaire, la projection du subconscient sont à la base de mes suites de dessins dont il est question au début de cet article.

Ce phénomène de la répétition, outre la création de multiples originaux, lorsqu’il se répète un grand nombre de fois fait intervenir le facteur temps.

Le temps fait apparaître en effet une évolution, des modifications, comme un vieillissement: certaines compositions  se trouvent ainsi usées, ruinées par l’accumulation des graphismes ou des couleurs; d’autres, au contraire, semblent se régénérer, renaître, devenir plus lisibles et explicites.

– De même pour Marcel Duchamp, répéter , ce n’est pas reproduire. La répétition est une sorte d’angoisse.
La répétition n’est pas une reproduction mimétique. Reproduire c’est mettre à mal, perturber les liens qui existent entre la copie et l’original historique.
Dans les années 60, Duchamp autorise la duplication des ready-mades et il laisse faire les variations qui en découlent.
Ainsi, il passe les derniers temps de sa vie à signer toutes les duplications que le public lui présente : cartons d’invitations, reproductions à diverses échelles de sa boîte en valise, ready-mades etc

La reproduction n’est pas une répétition mimétique, mais elle a au contraire une fonction créatrice de grand intérêt.

C’est dans ce sens qu’est publié ici un article par rapport à mes dessins.
Ce travail de dessin quotidien se développe ainsi, chaque jour  depuis des années.  Il y a dans ce corpus très important une évolution créatrice au cours des ans qui est déterminante sur l’ensemble de l’œuvre et sur son sens.

R.Dumoux
www.viapictura.com