« La Renaissance » toile de 5 mètres x 3

Ce grand tableau a tempéra a été présenté au château de Ponthus de Thiard (écrivain de la Pléiade), à Bissy sur Fley, dans la région de Chalon sur Saône en Bourgogne.

Sur le blog viapictura, un descriptif complet a été fait précédemment. (lire l’article 1lire l’article 2)

Aussi je ne ferai ici que rappeler les grandes lignes des composantes du tableau, privilégiant des photos de l’œuvre.

Dumoux_Renaissance« La Renaissance » (détail) tempera sur toile – 5m x 3 mètres – R. Dumoux ©viapictura.com

Il s’agit là de la présence dominante de l’homme ou l’humanisme triomphant à partir duquel se construit le monde.

C’est la représentation de l’homme centre de l’univers autour duquel tout gravite et qui est le modèle de proportion idéal pour toute les créations et constructions.


La construction du tableau s’organise autour du grand carré central dans lequel est inscrit l‘homme de Léonard de Vinci fixant les modèles et canons de proportions. Dans ce carré on distingue également les parchemins et dessins anatomiques de Léonard.


Les différentes manifestations constructives de la Renaissance s’élaborent tout autour.

– L’architecture d’abord  avec St Pierre de Rome, A droite ce sont des architectures civiles souvent inspirées des décors de théâtre. on y peut lire des inscriptions, des épigraphies et des références à des figures de l’antiquité et en particulier Vitruve.

– A gauche on remarque des ruines antiques témoignant du goût pour les ruines au 18ème siècle. Aussi en bas à gauche il s’agit de la représentation de la recherche archéologique: à cette époque et sous le regard de Michel Ange on déterre des statues antiques.

Michel Ange est aussi évoqué plus haut dans la figure d’un bronzier qui agrandit un modèle de sculpture en vue d’une œuvre monumentale équestre.

– Sur le côté droit du grand carré central, deux personnages transportent un tableau de Léonard de Vinci.

– En bas de cette toile, sont représentés l’imprimeur et le cadre métallique où il installe les caractères, le dessinateur  qui dessine la perspective de son modèle au travers d’un écran quadrillé, ancêtre de la « camera obscura ».

– La géométrie  et les volumes d’architecture sont ébauchés sur un parchemin, alors que le ciel est constellé d’étoiles et  figures astronomiques.

maq-renaissance« La Renaissance » Maquette de la toile de 5m x 3 mètres – R. Dumoux © viapictura.com


A remarquer enfin que l’ensemble de la toile se compose par rapport au carré qui est omniprésent. Le carré de la perspective cavalière comme les quadrillages du sculpteur et de l’imprimeur ou les carrés en perspective au sol… ce sont les signes révélateurs d’un esprit constructif, d’un esprit qui organise le monde sur le modèle de l’homme.
On peut aussi voir dans ces quadrillages qui de toute part délimitent le monde, un signe avant-coureur des pixels qui construisent l’image.

Cette toile fut donc présentée dans la château de Ponthus de Thiard, poète de la Pléiade et  constitue un hommage à l’œuvre de cet évêque humaniste qui fut aussi passionné par l’astronomie et l’observation de la nature et s’imposa comme un maître de la pensée moderniste.

R.Dumoux
www.viapictura.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s