La peinture encore

Image à la une : Toile de 5 mètres x 3 mètres « Du Colisée au Golgotha » en cours de réalisation dans l’atelier – Mars 2010 © R. Dumoux
J’ai déjà écrit, décrit mon travail de peinture. C’est comme crier dans le désert… parfois.

Mais c’est comme une prière alors on en reparle et on répète ce que l’on a dit.
C’est la litanie de la vie érémitique.

On parle alors de citation, de référence, de narration, de métier, de représentation, de transparences spirituelles, de résurrection, d’incarnation du verbe, comme si la peinture renaissait tel le phénix. On  parle des peaux de la peinture, de la superposition et de la transparence des couches comme de la réincarnation de la peinture..

« La gradation va d’un éclaircissement intense ou même d’une transparence dans les visages à une densité extrême et à une profondeur des couleurs dans les vêtements, les paysages et tout l’environnement. » Extraits de descriptions de peintures du 14ème siècle à Volotovo  (Novgorod)
C’est un langage nouveau qui va apparaître, en terme de métier, de pratiques picturales selon les termes de Pacheco par exemple.

On parlera des anciens peintres, aussi bien des anciens grecs que des miniaturistes de manuscrits carolingiens ou
des chinois, de l’exemple de Hokusai, ou bien de la grande peinture religieuse ou encore du décor des vases grecs à l’ocre rouge et noir.


A propos de mes GRANDES TOILES DE 5 mètres x 3 mètres du Pictorama.

 Il faut alors réaliser le développement de ces grandes surfaces où se modifient l’action, les personnages également. Le travail incroyable que cela exige.
Des partis sont à prendre, des choix à faire pour les plans de l’ensemble de la composition. Il y a un centre d’intérêt.

Les personnages sont de grandes dimensions, proches de l’échelle 1. Le plus souvent de front. Les vêtements ont des plis au  traitement sculptural ,les  détails venant parfois s’inscrire dans les revers. Mais les mouvements s’expriment dans  le rythme des plis. Il y a un dynamisme et la recherche d’un esprit, d’une présence.

Actuellement, cette toile de 5 m x 3 en cours, représente et oppose la cruauté du monde romain dans les arènes au christianisme révélé dans la crucifixion. C’est une évocation des combats de gladiateurs et du martyr des chrétiens qui étaient abandonnés aux bêtes. C’est aussi la révélation du christianisme.
Présentation historique d’un moment important dans l’histoire de la civilisation occidentale, celui du passage de l’antiquité à notre ère.

Outre les figures essentielles du drame qui se joue, il y a les animaux, le désordre des cuirasses, des armes, la crinière des lions, la terre et la poussière. Comme aussi le pelage de l’ours au centre; c’est un travail au trait de mine de plomb rehaussé de jus colorés et chargé de traits au pinceau fin. La tempéra à l’œuf permettant toutes les transparences.

Et puis il y a aussi le problème des architectures. C’est d’abord la frontalité centrale de l’arc de Constantin. Et puis la mise en scène des arènes du théâtre antique. J’ai pensé mettre en place comme en transparence le velum qui protégeait du soleil les spectateurs dans les gradins. Ces toiles étaient fixées à des bois verticaux arrimés au sommet des murs du Colisée.

La partie droite de la toile est consacrée à la crucifixion au dessus de laquelle, comme en transparence, se déchire le rideau du Temple, selon les écritures.

Mais le groupe essentiel que je viens de travailler est cette Pietà devant l’arc de Constantin. Pietà monumentale où le corps du Christ s’impose dans sa masse tel un dieu antique. De lui s’écoule comme un flot, un flux de sang, le sang de la vie qui va irriguer la terre. 

IMGP0343Toile de 5 mètres x 3 mètres « Du Colisée au Golgotha » en cours de réalisation dans l’atelier – Mars 2010 © R. Dumoux

Finalement le sang est le fluide, l’âme qui circule dans cette toile : ce sang est celui de la souffrance, de la cruauté mais il sera sanctifié et transcendé, transfiguré pour recréer, pour une renaissance, avec la promesse de la sagesse, de la paix (la colombe), du pain et du vin (les épis et les grappes de raisin) Tout cela étant dépeint en bas à droite du tableau.

Dumoux0397s« Du Colisée au Golgotha » – Mai 2010 © R. Dumoux. viapictura.com

 
Figuration, narration, techniques et métier, sans doute. Mais tout cela fonctionne comme une organisation qui a un sens et dégage un symbolisme en quête d’une humanité.

R. Dumoux
www.viapictura.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s