Les dessins de R. DUMOUX

Image à la une : »La Nature et la science » – crayons et mine de plomb – 2000 – R. Dumoux © viapictura.com

 

Mon travail de dessin.

L’importance du corpus de mes dessins fait que un article est nécessaire pour présenter ce travail. De là une analyse plus spécifique et en profondeur pourra être effectuée.

Cette activité se déroule depuis plusieurs décennies, de façon quotidienne. S’il fallait l’évaluer en nombre on pourrait avancer le chiffre de 10000 pièces. Le déroulement montre globalement une évolution d’une création assez  abstraite vers une recherche figurative. Comme s’il s’agissait d’ embryons qui peu à peu s’éveillent et s’animent, pour tracer l’histoire de l’évolution de la nature, de l’homme, du cosmos. C’est aussi cela qui conserve à ces dessins « figuratifs » un aspect symbolique, abstrait, presque conceptuel, à l’écart de tous les réalismes.

– Les dimensions des dessins sont souvent de format  A4 mais aussi A3 ou 65 x 50 ou bien plus jusqu’à 2 m , 2 m 50 comme par exemple une série de dessins à la plume de cette manière. Les techniques et supports sont très variés : plume et encre , crayon ou crayon de couleur  sur papier , dessins collages, frottages monotypes re-dessinés, dessins sur toiles fines, dessins sur papiers préparés à l’antique, c’est à dire à la colle de peau et au blanc d’Espagne. dessins à la pointe d’argent, dessins sur papier photos, dessins grattés sur photos. dessins sur feuilles de contreplaqué ou sur marqueterie.

Du figuratif mais aussi de l’abstrait. Bon nombre de dessins sont abstraits ou surréalisants.  Ainsi pendant  plusieurs années (suite des 2000 dessins) j’ai réalisé des séries très importantes de dessins de courbes, arabesques parallèles qui se déroulent et se gonflent de plus en plus comme des plantes en excroissance, de plus en plus envahissantes. Ces lignes  parallèles peuvent aussi faire penser à des courbes de niveaux figurant les reliefs géologiques ou bien de la sculpture égyptienne par exemple.

Peu à peu ce travail d’arabesques s’est mué en figures où se définissent les os, muscles ou tendons comme s’il s’agissait de radiographies. Ce fut la constitution d’une collection de silhouettes, Ainsi apparut un langage historié qui peu à peu m’amena à une réflexion sur l’art roman et en particulier sur l’art des enluminures médiévales jusqu’à l’art Irlandais dans le livre de Kells ou encore dans les courbes  des drapés de Burne Jones.. Peu à peu se constitua une réflexion sur la naissance de la forme, le formisme vital, vitalisant, sur la naissance d’un langage inspiré qui peu à peu s’est insinué dans mes préoccupations sur l’art.

– On discerne l’importance de ces productions pas seulement en raison de leur nombre mais surtout pour la profondeur d’une pensée.
Les conséquences de ce travail sont pertinentes sur tout mon travail à venir jusqu’à maintenant.

– Parallèlement à mes tableaux a tempéra et à mes toiles, quotidiennement je réalise des séries de dessins historiés, inspirés de textes (historiques, mythologiques ou bibliques) mais aussi de lectures ou de regards sur les oeuvres des maîtres anciens ou simplement à partir de petits croquis réalisé à la sauvette durant la visite d’une exposition ou d’un musée.
Cette activité là depuis des années m’a permis de réaliser plusieurs dessins chaque jour et de constituer ainsi un grand nombre de registres ou de livres.

– Chaque année aussi, pendant quelques semaines, se constituent de nouveaux « cahiers de modèles » C’est à dire que je reprends sur la vitre (sorte de décalque sur une vitre de la fenêtre) certains dessins choisis dans les cahiers des mois écoulés, mais en interprétant assez librement, en ajoutant des éléments figuratifs ou abstraits. La dimension des feuilles est d’ailleurs 2 fois plus grande si bien que le geste, la graphie s’en trouvent libérée et plus ample.

(Également, une part importante  de mon travail de dessin se fait en tant que  recherche documentaire, accumulation de notations dessinées et écrites, à la lecture de textes mais également suite au regard sur des œuvres de toutes époques.  Enfin un ensemble particulier de dessins existe par rapport à mon grand projet pictural de 45 toiles de 5 m. x 3. Pour chacune de ces 45 toiles il y a un dossier documentaire constitué d’écrits, de photos mais aussi de dessins, d’études de détail…)

– L’importance et la variété de ce corpus dessiné se présente  comme une accumulation de recueils, de livres ou de cahiers se rapportant à l’image du monde. Il s’agit alors d’une sorte d’Atlas mondial et cosmique. Une présentation simplifiée sera nécessaire pour aborder ensuite une véritable organisation qui soit claire et lisible.

(Un autre article prolongeant ce texte sera consacré à mon travail de Gravure qui a évolué, parallèle et complémentaire.)

R.Dumoux

www.viapictura.com

N.B.
Le lecteur pourra s’il le désire se référer au site www.viapictura.com   (lien « dessins »)  pour découvrir quelques dossiers de dessins anciens ou récents.