« Évolution, les premiers hommes », toile de 5 mètres x 3 (art.1)

Image à la une : Recherche dessinée en vue d’une composition pour une toile de 5 mètres x 3 m. – © R. Dumoux – 2012

 

L’Évolution, Les premiers hommes. Les premiers temps de l’humanité. (art.1)

Cette question se rapporte à une recherche que je suis en train de mener en vue de la réalisation d’une toile monumentale de 5 mètres x 3. Relativement à la préhistoire, aux premiers temps de l’humanité.
Il est question des origines de l’humanité. Inévitablement on pense à l’évolution, à Darwin. La face de l’homme de Néanderthal ou de Cro-Magnon est pour moi comme une apparition. Je l’ai dessiné déjà et peint dans un petit panneau a tempéra.
Le darwinisme ce sont aussi les passages de la nature à l’humain, les fusions de la roche du végétal jusqu’à l’embryon, à l’être vivant animal puis au pré humain. Quelles suggestions ces quelques mots font surgir du magma informe! ou du gribouillis, du blanc du papier.

– Cro-Magnon mais aussi le temps des 1ers homme d’Abel et Caïn. On repense à la légende des siècles de Hugo et au tableau de Cormon du musée d’Orsay. Le temps des premiers hommes est aussi le temps du premier Crime de l’humanité.
Durant cet été 2011 j’ai réalisé un toile a tempéra de 2m 50 à propos du meurtre de Caïn. Abel et Caïn les deux frères protagonistes de ce 1er drame de l’humaine condition sont ainsi dépeints : Caïn est un agriculteur sédentaire. Il cultive le sol. En fin de saison, Abel apporte l’offrande ses bêtes au Seigneur et Caïn apporte les fruits et légumes de sa terre. Le seigneur regarde Abel seulement et Caïn en fut irrité et très abattu. Le Seigneur lui dit que c’est ainsi que le péché est assis à sa porte. Et lorsque Abel et Caïn, furent dans les champs, Caïn attaque Abel et le tue. Le Seigneur lui dit qu’il était maudit, que le sol ne lui donnerait plus sa force ni ses fruits. Il sera maintenant errant et vagabond sur la terre.
Cet acte de Caïn est le crime primitif, Caïn est le 1er homme préhistorique dans toute sa violence de bête sauvage. Il représente les 1ers temps de l’humanité. Le Caïn du peintre Cormon au musée d’Orsay nous le montre dans une débauche de peaux de bêtes, de poutres grossières, de bassins de cuivre et de poignards. Cormon a peint un manifeste préhistorique.
Ce Caïn est un vieillard tragique qui représente l’homme primitif livré aux instincts les plus violents et la plus sauvage animalité. Ces images rejoignent les idées et théories de Darwin sur l’origine de l’humanité.

– Le corps d’Abel c’est aussi l’expression du cadavre en art que l’on retrouve et que j’observe dans Falguière (la mort d’Abel), James Tissot ou Donatello et toutes les visions sombres que les artistes vont continuer de développer.
Cette évocation d’Abel et Caïn observé chez les artistes m’a conduit inévitablement à la 1ère humanité, à ses visages mi-homme mi-animal, aux passages entre les règnes de la vie et aux mutations.

– J’ai réalisé des ensembles de dessins représentant l’homme animal ou l’animal humanisé, inspiré parfois par les dessins de Le Brun. J’ai aussi dessiné des plantes des formes d’algues qui peu à peu émergent en arborescences et puis en arbres gigantesques dans un paysage qui assure le passage entre la vie aquatique et la vie terrestre.
J’ai  repris des dessins de suppliciés, de têtes coupées inspirés de Viertz, des meurtriers  ou des portraits de Daumier. Je me suis intéressé à la physiognomonie de Lavater et à la phrénologie de Joseph Gall et à Lombroso et à la criminologie ce qui m’a permis de dessiner des hommes animaux ou l’expression des bosses du crâne, celles du crime. Les dessins de Grandville  sont également inspirants. De même les études de Camper sur les physionomies. J’ai réalisé de multiples dessins évoquant les expressions particulières des péchés capitaux, inspirés de Grandville. En effet l’envie, l’orgueil, la gourmandise, la paresse, la luxure, l’avarice , la colère suggèrent des transformations du visage, des mutations très intéressantes dans le cadre de cette recherche sur les 1ers hommes. Il y a aussi dans mes dessins, les mutations jusqu’à la mort avec des représentations de vanités et des crânes. Crânes des recherches archéologiques, ossements et fossiles sont aussi une approche des 1ers hommes.

– A tout cela peut se joindre toute une suite d’études sur le post humain, sur l’homme robot et la nouvelle  évolution de l’humain.

         Une composition va se dégager  de ces  indications, notes écrites et dessinées en nombre figurant dans mes catalogues de dessins précis.
Il me semble que si la plupart des mes toiles précédentes furent composées à partir de schémas de construction bien déterminés, dans ce cas j’imagine au contraire un désordre, une paysage informe  d’où vont naître les embryons de la vie, de façon anarchique. Comme une accumulation qui n’a pas de finalité bien déterminée. Les formes de la vie naissent, se développent, se transforment deviennent autre ou disparaissent. L’humain semble alors émerger par hasard de ce chaos et dès ses débuts il parait brut plein d’animalité, très proche d’ailleurs des formes primitives de la vie.

Telle est en ce moment ma recherche sur ce projet de toile « les Premiers hommes »
Maintenant, les études de compositions vont se succéder…… (Octobre 2011)

R.Dumoux
www.viapictura.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s