Découverte : Le Fridericianum

En Europe il fut le 1er Musée d’accès libre  depuis 1779. Il se situe à Kassel en Allemagne à environ 360 Km à l’est de Bruxelles, par Düsseldorf. Il fut fondé par Frédéric II de Hesse qui auparavant avait créé l’Académie des Arts..
Or le Friedericianum est un lieu où se déroule l’actuelle Documenta de Kassel.

 A l’intérieur sont regroupées des oeuvres de diverses époques mais en rapport avec la contradiction, la destruction, l’espoir, la retraite.

– Par exemple le Louvre possède trois statuettes de princesses de Bactriane  (il y en a 80 dans le monde provenant d’Asie centrale.) Ces statuettes datent de 3000 ans avant JC sont appelées Bactrianes, de pierres différentes. Et ainsi en présentant cet ensemble précaire on parle de perte mais aussi de survie.
– Au Friedricianum sont aussi exposées les sculptures de Julio Gonzalez et confrontées à la photo d’un homme et d’une femme regardant. C’est le passé dans le temps, présent..
– Autre œuvre exceptionnelle présentée au Friedricianum : une immense tapisserie (de peut être 20 ou 25 m de long, un chef d’œuvre) en noir et blanc d’apparence photo réaliste. Cette tapisserie montre une foule devant le musée de Kaboul, sujet de forte expression actuelle.

– Toujours à Kassel et dans la même pensée sont présentés  les bouddhas de Bamyan et l’on essaie de résister aux hordes de la Destruction. On pense actuellement aux destructions de 7 des 16 mausolées de prophètes à Tombouctou, patrimoine mondial de l’humanité.

Autres tendances et oeuvres présentées au Friedricianum de Kassel : par exemple le directeur du Mémorial de Breitenau est invité à présenter son musée qui est considéré comme une véritable œuvre d’art.

Il y a aussi un autre invité non artiste : Zeilinger directeur de recherche à l’académie des sciences d’Autriche qui y réalise une expérience.

– D’autre part cette exposition à Kassel, au Friedricianum  s’appuie sur un non concept  sur un non savoir. Ainsi on étudie l’histoire de la Bêtise cette zone de non savoir  et de la question de l’animalité. Ainsi on envisage la démocratie des chiens qui votent. Ces chiens qui ont accumulé par la mémoire olfactive un Savoir qui est perdu pour nous depuis longtemps. Nous considérons aussi l’intelligence des abeilles et des travaux d’artistes se consacrent aux savoirs particuliers d’espèces diverses et même aux savoirs des objets inanimés comme les minéraux.

Ainsi on présente de Brian Jugen un parc de sculptures pour chiens. Et il a aussi réalisé une sculpture pour chats. Naturellement ces sculptures pour animal existent. J’ai personnellement une magnifique sculpture mobile pour chat. Elle ressemble à un sculpture abstraite mais présente des formes horizontales arrondies où le corps du chat s’enroule et fait une gymnastique d’autant plus mouvante que cette sculpture en bois est mobile sur son socle et se balance selon les mouvements du chat.

Ce qui est intéressant au Friedricianum, c’est que l’on explore 4 situations de la relation de l’homme au monde.
– Se retirer du Monde.
– Etre en état de siège.
– Etre sur scène
– Etre porteur d’espoir.

Ainsi on présente des toiles de natures mortes de Morandi; il était dans une retraite du monde qui lui laisse une totale liberté. (retraite du monde avec cependant de nombreux soutien privé ou officiels)
D’autre part Malevitch c’est la situation de l’espoir. Il arrête de peindre pendant la Révolution car il a un monde à refaire.
– Autre espoir : le collectif  AND AND installe des potagers dans toute la ville de Kassel : c’est un projet de l’espérance à l’état pur.
– Enfin à Banff au Canada on organise un séminaire sur le retrait du monde.
Toutes ces situations sont associées à une ville  Banff la retraite. Kaboul le siège. Kassel la scène. Toutes les oeuvres présentes sont anciennes, modernes ou  contemporaines mais sont expressives de l’humanité et de la relation de l’homme  au monde. C’est pourquoi sont présentées conjointement des oeuvres conceptuelles et des oeuvres modernes assez classiques. Plusieurs des toiles de 5 m x 3 de Pictorama (ensemble monumental peint de plus  de 40 toiles  sur le site http://www.viapictura.com) peuvent ainsi figurer dans cette Documenta de Kassel.

R.Dumoux
www.viapictura.com