« Les Aborigènes », toile de 5 mètres x 3 – printemps 2013

Image à la une : « Les Aborigènes » Tempéra sur toile – 5 mètres x 3 mètres – R. Dumoux © viapictura.com

Le travail de ce printemps 2013 est consacré à la réalisation de deux toiles a tempéra de 5 mètres x 3 m.

La première est un grand tableau relatant la vie de Saint Louis
La deuxième réalisation se rapporte aux Aborigènes d’Australie.

L’organisation de cette deuxième toile est horizontale : ce sont bien les zones désertiques de l’Australie centrale, les bandes parallèles du sol depuis le devant de la scène à l’horizon. L’élément dominant est la montagne rouge d’Ayers Rock à Uluru.
C’est une montagne impressionnante de grès rouge, véritable sanctuaire de l’âme des ancêtres aborigènes. Ce lieu est sacré et très symbolique de l’âme de l’Australie depuis les temps anciens, le temps du Rêve aborigène.
Le sol, les couches horizontales du sol sont ocre rouge et parsemées d’arbustes et de végétations verdâtres. Epars, divers animaux se fondent dans ces couleurs rougeâtres: grands lézards à langue bleue, kangourous, autruches etc… Une habitation faite de branchages au centre de la composition, évoque la proximité d’un village . Enfin un groupe d’aborigènes se déroulent sur ce plan horizontal de la composition.
Certains aborigènes se présentent avec des objets décorés, d’autres ont le corps peint de formes géométriques, d’autres encore dessinent au sol des représentations abstraites dans la tradition du culte des ancêtres. Enfin à droite de la toile plusieurs aborigènes présentent de grands tableaux peints.
Egalement ces oeuvres d’apparence plus récentes sont peintes sur toiles à la façon occidentale; elles présentent les mêmes formes évocatrices de cosmogonies célestes ou de paysages abstraits ou de figures inspirées d’animaux ou de silhouettes humaines. Techniquement ces tableaux sont réalisés à l’aide de formes courbes abstraites à l’aide de touches colorées répétitives.

En fait cette toile de 5 mètres développe le véritable paysage des aborigènes dans leurs activités : décors des objets , dessins sur le sol et dessins peints sur les corps et enfin de grands tableaux tableaux avec des matériaux plus actuels et occidentaux.
Ce tableau de 5 mètres x 3 semble être une représentation d’un village proche d’Alice Springs dans les déserts du Queensland. Ce village se nomme Papunya et 30 artistes y résident dans les années 70. Ce sera là le lancement d’un mouvement dans toute l’Australie avec des formes et des matériaux originaux . Cette révolution artistique accompagne le mouvement politique identitaire des peuples indigènes australiens.

Le Musée du Quai Branly à Paris présente l’art aborigène, sa genèse et sa naissance. Cet art si moderne et original que l’on connait bien par ailleurs, est ancré en profondeur sans le monde culturel et rituel du culte des ancêtres.
L’origine de cet art est dans les mythes fameux du temps des rêves et de la mythologie de la symbolique du Monde.
(Aujourd’hui les aborigènes sont 500 000 et des groupes importants vivent dans les déserts traditionnels au centre et aussi au Nord.) Ce sont les européens qui ont donné ce nom « aborigène » au moment de la colonisation à la fin du 18éme. Le village au centre du désert est Papunya avec ses 300 habitants et ses 30 peintres. Ce sont ces peintres là que j’ai voulu représenter dans ma toile panoramique de 5 mètres x 3, avec leurs activités favorites et dans leurs conditions habituelles de vie. Une véritable leçon d’Art, de Philosophie, de Pensée des Ancêtres , où il n’est pas question de sommes d’argent fabuleuses ni d’oeuvres lourdes comme des montagnes de matériaux , de tonnes de Fer. Les aborigènes nous apprennent l’Art.

La tradition picturale ancienne.
Les ethnologues ont collecté des objets traditionnels boucliers armes décorés et là on trouve des motifs semblables à ceux que l’on retrouve dans les productions actuelles. C’est un vocabulaire en place qui existe depuis longtemps : c’est tout le vocabulaire des objets décorés de la peinture sur le sol ou sur les corps pour les cérémonies.
Donc les aborigènes avaient une importante expression artistique mais souvent éphémère.. Cependant Mr Bardon et les collectionneurs ont eu une influence importante dans les années 70 et à ce moment ils ont fourni des supports durables et des panneaux toiles et acryliques. (à Papunya, Mr Bardon, enseignant , avait installé un atelier avec 30 peintres et une coopérative artistique fut mise en place) Ces peintres sont âgés. Ils étaient cow boys ou nomades sans rapport avec une tradition occidentale mais ils continuaient une tradition venue des ancêtres : peinture sur le sol, sur des objets et sur le corps pour l’accomplissement de danses ou de rites.

Aspects de la peinture des aborigènes.
La plupart du temps ces peintures semblent abstraites. En réalité elles sont figuratives ; En raison des traditions orales de ces sociétés, le croyances et représentations sont transmises par les contes chants et danses.
Ces peintures semblent des représentations stylisées de paysages vus du ciel.Le peintre cartographie un espace un territoire, des sites topographiques . De façon semi figurative il traduit les trous d’eau par des cercles, des lignes ondulées évoquent les dunes et des empreintes symbolisent les animaux ou la trace des pas de l’homme.
D’autre part le sens de ces peintures est religieux , symboliques , mythologiques . Les sites sont des lieux sacrés qui se rapportent aux mythes et héros du temps des rêves, du temps de la création. Les représentations sont le support de récits chantés ou dansés. ces récits racontent les voyages des héros ancestraux: tels sont la fourmi à miel, le kangourou ou le grand lézard à langue bleue.
Les points d’eau les failles et les montagnes sont les sites d’où les esprits des ancêtres ont émergé au moment de la création du monde, du bas vers le haut.

Tous les récits du Rêve relient les hommes d’aujourd’hui aux ancêtres et les ancêtres aux esprits.
Les peintures aborigènes sont comme des cadastres protégeant les droits familiaux et l’usage des ressources. comme aussi les lois les tabous et les règles pour les mariages.

Enfin deux points particuliers sont à souligner.
Ces peintures contiennent un sens profond ésotérique, magique.Les peintres sont propriétaires du mythe et du site , des cérémonies qui y sont associées.
-D’autre part du point de vue esthétique, les peintres de Papunya sont novateurs , ils ont inventé un style, mais dès les débuts les caractéristiques sont les couleurs de pigments naturels: Ocre, Brun, Blanc.

Les compositions et les dessins sont structurés symétriques , des réseaux de motifs géométriques et des champs de pointillés qui cachent les motifs comme dans un nuage. L’essentiel des racines traditionnelles sont conservées.
– La nouvelle génération : les artistes incorporent des éléments contemporains mais ils restent inspirés des rêves et des esprits des ancêtres. Techniquement l’utilisation de la toile leur permet de changer d’échelle et réalisent des immenses tableaux.
Dans cette production nouvelle, il n’y a pas trop de références formalistes ou intellectuelles occidentales. Cependant on peut rapprocher parfois la peinture des aborigènes des illusions d’optique, de l’Op Art , de l’expressionnisme abstrait de la figuration libre ou des mandalas.
Ce ne sont que des reflets lointains qui n’ont rien à voir avec l’âme du temps de Rêves des ancêtres.

R.Dumoux

www.viapictura.com

Dumoux_phpIeWJsC« Les Aborigènes » (détail)  Tempéra sur toile – 5 mètres x 3 mètres – R. Dumoux © viapictura.com
Publicités

Une réflexion sur “« Les Aborigènes », toile de 5 mètres x 3 – printemps 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s