L’exotisme au XVlllème siècle

Image à la une : « L’exotisme » Tempera sur toile – 5 mètres x 3 – Raymond Dumoux – ©viapictura.com
Mon ensemble monumental peint de 50 toiles de 5 mètres x 3 , Pictorama, à propos de l’histoire de l’humanité évoque les divers siècles de l’histoire et en particulier le XVIIIème avec plusieurs toiles monumentales. L’une d’elles est consacrée à l’exotisme. Cet article apporte un complément d’information au sujet de cette réalisation.

– Au XVIIIème dans le cadre des voyages d’exploration du Pacifique en Océanie, Bougainville débarque émerveillé à Tahiti en 1768 et se croit transporté dans le jardin d’Éden. En effet à cette époque la navigation avait fait de grands progrès et les Français, hollandais ou Anglais partaient à la conquête de nouveaux territoires. C’était une compétition pour la connaissance scientifique et on réalisa des cartographies, des descriptions et illustrations de ces territoires conquis.

– En 1771, Bougainville revient et publie son journal « Voyage autour du monde avec la Boudeuse et l’Étoile ». Il donne des descriptions luxuriantes et donne naissance au mythe du Bon Sauvage avec les hommes oisifs et les femmes étendues (selon l’idée de Rousseau qui décrit l’homme en harmonie avec la Nature et protégé des défauts de la civilisation).

– Cette vision idyllique est contredite ensuite par LAPEROUSE en 1797 qui dépeint des pays sauvages d’une extrême violence. Lapérouse disparaîtra plus tard à Vanikoro sur l’ile du Diable, dans un cyclone redoutable. (J’ai évoqué ce naufrage dans ma grande toile de 5 mètres x 3 intitulée « la Grande Vague »)

– Plus terrible encore est l’aventure de James Cook. Débarquant à Hawaï, il fut pris pour un Dieu et accusé d’actes sacrilèges par les Hawaiens, il fut massacré.

A la suite de ces récits d’exploration il y eut l’imagination des dessinateurs, peintres fascinés par ce monde nouveau. Pour frapper l’imagination, ils exagèrent les traits de ce qu’ils observent comme par exemple les vues de la Polynésie par les peintres à partir des descriptions de Cook. Il y a une grande récolte d’informations variées.

Cette réalité est interprétée en fonction des idées ou sciences de l’époque. Par exemple Dumont D’Urville engage un phrénologie de l’époque pour observer la forme des crânes et en déduire des caractères moraux. Il fit des moulages exposés en 1840. Depuis les récits de Cook et de Lapérouse et les festins cannibales, les indigènes sont devenus des méchants cruels dans les récits d’aventure.

– Outre cette cruauté il y eut aussi la Vahiné ou l’Eve du Bon Sauvage opposée à cette sauvagerie cruelle. La Vahiné est originaire de Polynésie (le cannibale venant de Mélanésie, de Guinée ou de Nouvelle Calédonie)

Ce sont là les deux concepts fondamentaux du monde judéo-chrétien qui oppose le Bien au Mal, ou le Paradis à l’enfer.

Le paroxysme de cette situation est atteint dans l’exposition coloniale de 1931 à Paris : 100 Kanaks de Nouvelle Calédonie, 14 femmes et 5 enfants sont exhibés au Jardin d’Acclimatation.
Cette manifestation très visitée soulève de l’indignation de la part des surréalistes et aussi des politiques. Cela créé une polémique qui stoppe la pratique des zoos humains et anéantit le mythe du cannibale.

Alors se développe un engouement pour les arts primitifs, les arts premiers, qui auront une influence grandissante dans les arts jusqu’à maintenant.

R.Dumoux
www.viapictura.com

ob_889abe_dumoux-igp3126-jpg« La grande vague » Tempera sur toile – 5 mètres x 3 – Raymond Dumoux – ©viapictura.com
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s