la Basilique de St Denis

Image à la une : Tombeau de Pépin le Bref et de sa femme Bertrade

Un Monument exceptionnel de Notre histoire, entouré de la vie mouvante, dans ce monde qui bouge
D’origine paléo-chrétienne l’abbaye de St Denis est liée aux dynasties qui se sont succédées sur le trône de France. St Denis est le premier chef d’œuvre monumental de l’art gothique. Au long de cet article je n’ai pas l’intention d’entrer dans tous les détails historiques ou architecturaux de cet édifice mais je pense simplement attirer l’attention sur un monument d’insigne valeur et qui a survécu malgré les infamies et injures des temps et ainsi est demeuré un site majeur de la conscience nationale.

St Denis est placé sous le patronage de 3 martyrs chrétiens, dont Saint Denis, rattachés à l’enseignement de St Paul.

La révolution à vidé le monument des ossements royaux et de certains tombeaux et l’abbatiale fut abandonnée aux pillages et destructions…
Cet édifice à moitié ruiné éveilla l‘intérêt de Napoléon et ainsi d’immenses travaux de restauration eurent lieu tout au long du XIXème siècle, avec des apports et reconstitutions exceptionnelles. Puis la révolution industrielle a provoqué le développent d’une économie et d’une vaste banlieue. Tout cela dans un contexte déchristianisé anti monarchique et en rupture avec les valeurs spirituelles.
Au XXème dans les années 50 ce fut le département de la plaine St Denis. On est alors projeté dans le XXIème siècle. En 2012 dans la suite de cette revalorisation touristique on programme la restauration de la façade occidentale St Denis et cette abbatiale va vers un exceptionnel destin.

A L’origine Le personnage de St Denis fut l’un des 7 évêques envoyés en mission pour évangéliser la Gaule. On lui trancha la tête lorsqu’il évangélisait Paris avec deux compagnons appelés Rustique et Eleuthère , qui subirent la décollation. Une pieuse femme recueillit le corps de St Denis et l’inhuma dans son Champ. (Faits développés dans la vie de Ste Geneviève édité vers 520.)
Le corps de St Denis fut ensuite inhumé loin de Lutèce sur le domaine de Catullus (devenu St Denis) En ce lieu vers 451 Geneviève aurait édifié une basilique à l’emplacement de la tombe de Denis.
Dès le VIIéme siècle Denis est reconnu comme le protecteur du peuple Franc. Alors le culte de St Denis ne cessa de croître. (Denis missionnaire à Paris, avait trouvé le martyr à Montmartre).


Les épisodes de la vie de St Denis, de sa légende ont été fixés par l’abbé Hildouin. Pour St Denis il y eut un écrit de théologien grec appelé Pseudo Denis l’Aérophagie : il se présente comme Denis d’Athènes disciple de St Paul. Il y est dit que Dieu est Lumière, marquant ainsi la pensée néoplatonicienne de la fin de l’école d’Athènes.
Or il se passe que l’abbé Hildouin fond en un seul personnage tout ce qui vient de la tradition de ces personnages relativement à Denis. En somme Denis a été ordonné évêque d’Athènes puis envoyé en gaule pour évangéliser.
L’Empereur Domitien inquiet de la diffusion de la Foi a ordonné la persécution de St Denis qui aurait été arrêté avec ses deux amis au cours d’une réunion dans une carrière aux abords de la capitale. Ils subirent la décapitation sur le mont de Mercure, appelé Mont des Martyrs et puis Montmartre.

Denis persécuté, martyr, connait un destin semblable à celui des apôtres. Alors les religieux le placent sur un pied d’égalité avec Rome : leur Saint Patron Denis est l’égal d’un apôtre. A Saint Denis était attribué un texte fondamental où Denis justifie la fonction monacale transposée dans la théologie chrétienne. Dans ce texte encore, Denis place cette fonction monacale dans la société pour la grâce divine et en rapport avec le peuple de Dieu.

(Il y a en effet deux sortes de moines : les initiateurs, (le corps sacerdotal) et les initiés, (les purifiées) et le peuple saint. Leur pensée est celle de l’ascension des choses matérielles vers les immatérielles à travers la lumière essentielle qui irradie dans les ténèbres de l’esprit.)

Cette pensée a marqué profondément l’abbé Suger et en particulier pour ses projets de construction de l’abbaye. C’était aussi l’époque du moine théologien Abélard … qui va rédiger deux hymnes en l’honneur de St Denis : « apôtres des Gaules » et « le plus grand des philosophes ». Ces textes furent recopiés à la suite des écrits d’Hildouin qui furent très importants et reconnus à la fin du XIIéme siècle.

La basilique de St Denis. Eléments de Chronologie.

La 1ère basilique : au tout début il y a l’intervention de Geneviève et de Dagobert. La 1ère église est un petit édifice de 20 m de long. Elle fut édifiée à proximité du lieu de la sépulture de St Denis qui comportait un mausolée… Sur ordre de Geneviève vers 451 – 459 cette église fut agrandie puis il y eut vers 629, 639 un nouvel agrandissement par Dagobert qui fut un grand bienfaiteur de ce lieu. A la demande de Dagobert le sarcophage de St Denis fut revêtu d’or et de pierres précieuses. Il réalise aussi un chancel et une grande croix d’or haute de 2 m.
Avec Dagobert la royauté se renforça considérablement à St Denis, il fut le 1er Roi à élire sa sépulture dans la Basilique en 639. Ce sera sous le règne de Clovis 1er que les francs manifestent le désir d’être inhumé à St Denis; dans la Basilique qui devient Nécropole Royale.

Le mobilier funéraire est d’une qualité exceptionnelle : l’orfèvrerie mérovingienne luxueuse est constituée de matériaux précieux. Ainsi il y a des reliques royales. Leur présence va attirer des reliques plus modestes et de nouvelles sépultures et ainsi va se développer une vaste nécropole au nord de la basilique.

Avec les Carolingiens, la Basilique de St Denis va connaitre une grande apogée. Charles Martel se fait inhumer à St Denis. Son fils Pépin le Bref (après le dernier mérovingien Childéric III) sera le 1er Roi à être sacré et ainsi créa une nouvelle dynastie : Les Carolingiens.

Pépin décide de faire agrandir la basilique de st Denis avec un parti plus grandiose. Le grand maître fut l’abbé Fulrad qui emprunta certains aspects de l’architecture à Rome. Le projet fut long, et la dédicace n’eut lieu qu’en 775 avec la présence de Charlemagne. La Reine Bertrade épouse de Pépin fit exécuter des chasses d’argent pour contenir les reliques et contribua ainsi à la collection du Trésor de St Denis qui présente déjà un siège d’apparat en bronze gravé de Dagobert. (Selon Suger qui voulait relier son abbaye à la royauté des origines).
Pépin le Bref fut inhumé en 768 à l’extérieur de l’église par humilité (selon son petit fils Louis Le Pieux). Il fut inhumé la face contre terre à cause des péchés de son père Charles Martel qui aurait dépouillé des religieux. Le monument de Pépin était important et un édifice fut élevé sur sa tombe à la demande de Charlemagne qui fait aussi venir le corps de Bertrade épouse de Pépin. L’ensemble devint un écrin, véritable mémorial célébrant la dynastie carolingienne.

Charles Le Chauve et l’enrichissement du Trésor.

Si Charlemagne se fait inhumer ailleurs, Charles Le Chauve (abbé laïc de St Denis) renoue avec la tradition des carolingiens en se faisant enterrer dans la Basilique.
En 841- 847 les moines de St Denis doivent se protéger des assauts des Normands et Vikings et il faut évacuer le trésor de l’abbaye, payer des rançons. Cependant le monastère fut pillé. Aussi Charles Le Chauve va créer une enceinte tout autour, et il va enrichir le Trésor de précieux joyaux.
Des chefs d’oeuvre de l’orfèvrerie médiévale, des objets de luxe, manuscrits ou sculptures …
Parmi ces objets citons seulement le plus précieux : la Coupe des Ptolémées : c’est un canthare antique présentant une cérémonie dionysiaque. Cet objet fut transformé en calice avec une monture d’or et pierres précieuses. L’orfèvrerie cloisonnée est aussi utilisée pour un autel, don de Charles Chauve ainsi qu’une croix en or Repoussé. Sur cet autel est posé un reliquaire d’une richesse exceptionnelle, appelé le Crista pour magnifier l’Eucharistie, de 1 m 20 x 80 cm il est composé d’une succession d’arcades et de très divers arcs. Et à chaque arc sont suspendus des pendeloques et couronnes votives. On inventorie 700 perles, des rubis, 130 émeraudes, 200 saphirs, 20 gros grenats, des améthystes et de petits grenats dans les ors cloisonnés.
Cette dernière description montre bien la grande somptuosité du trésor de St Denis enrichi par Charles Le Chauve. Tout cela est très édifiant et inspirant.

La Nécropole de St Denis, Symbole de l’unité monarchique.

– Succession des translations des cendres :
– Dès 1264 Translation de cendres de corps royaux : les rois EUDES, Hugues CAPET, Robert le Pieux, la Reine Constance d’Arles.
– Puis Henri Ier, Louis VI le gros et son fils Philippe
– Puis une autre translation : Clovis II fils de Dagobert. Et Charles Martel Pépin le Bref et sa femme Bertrade
– La reine Ermentrude, Carloman fils de Pépin et frère de Charlemagne. (et aussi Carloman fils de Louis II le Bègue.)
On réalise 16 Gisants de pierre. Il en demeure 14)
– 1267 : cérémonie d’inauguration. On les dispose au transept autour de l’autel de la Ste Trinité près des sépultures de Philippe Auguste et de Louis VIII.
– 1270 St Louis mort en août devant Tunis fut enterré à St Denis. Mais sa femme Blanche de Castille fut inhumée au couvent de Maubuisson? Car St Louis n’acceptait à St Denis que les figures de Roi Sacré.

– Le tombeau de St Louis.


D’abord, la sainteté de St louis a fait que le roi de Sicile demanda le coeur et les entrailles du roi. Il les obtint et les déposa à l’abbaye de Monreale près de Palereme et il y eut des miracles.
A St Denis , les infirmes visitaient la simple dalle funéraire de St Louis sans faste ni abondance et il y eut d’autres miracles. La foule nombreuse venait prier et s’allonger si bien qu’il fallut imaginer installer une protection. Et on déposa des cierges et des offrandes.
Plus tard on éleva sur la dalle un luxueux tombeau d’or et d’argent, avec la figure du roi en gisant royal et les insignes du pouvoir.
St Louis fut canonisé en 1297, le 25 août et à la suite de cela un immense prestige rejaillit sur l’ensemble de la dynastie capétienne.

NB : A propos de St Denis on ne peut éluder le nom de l’abbé Suger qui fut l’inspirateur de cette abbaye. Son inspiration venait de la pensée de Saint Denis, persécuté, martyr, au destin semblable à celui des apôtres.

Tel est le sens profondément sacré de St Denis.

Un article important pourra être publié ultérieurement à propos de l’Abbé SUGER..

R. Dumoux

www.viapictura.com

Publicités

Une réflexion sur “la Basilique de St Denis

  1. Bonsoir Mr DUMOUX !

    Souhaitons que la programmation de la restauration de la restauration de la facade de st denis, ne soit réalisée dans des buts à l’opposé de la magnificence du lieu ( et de sa richesse ) , devenant un lieu de  » culte » …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s