L’Art Égyptien

Image à la une : décor du tombeau de Toutankhamon © Factum Arte

L’Égypte ancienne se caractérise par le souci de l’au delà, de l’âme du défunt et la pratique d’un grand art Sacré.
Cet article ne vise pas à relire les siècles et la succession des empires, mais surtout il veut mettre en valeur un Art tourné vers la Force de l’Esprit, l’Élévation de l’âme et le sens du Divin, du Sacré auquel l’humain est invité. Invitation à laquelle nous sommes particulièrement sensibles maintenant, avec la contemplation de ces sculptures, pour lesquelles nous sommes disposés à offrir un culte quotidien.
Ces sculptures sont un art sacré sujet à un culte et elles nous permettent de renouveler sans cesse le mécanisme de la Création.
L’humain vit avec ces statues, les nourrit, leur donne des processions et des fêtes.
Dans les célébrations quotidiennes, le Souverain, le pharaon doit donner l’exemple, avec son collège de prêtres. Tous ces rituels sont gravés sur les murs des temples, c’est un Art Sacré.

Historique. On peut citer et situer quelques empires de pharaon sur 3000 ans et 30 dynasties. Le mot Pharaon vient de la Bible et désigne le palais qui est attaché à la personne royale.
Le Pharaon est promoteur de l’art. Il est consacré fils de dieu et dieu lui même, monarque absolu. Au dessus de lui il n’y a que la déesse de la Vérité et de la Justice.
La religion en effet détermine l’ Art :
il y a un Art funéraire et d’autre part un Art divin dans les sanctuaires.

1 – Un art funéraire dans les tombeaux et les habitations où toutes les richesses sont consacrées à la vie dans l’au-delà et à l’éternité.
Opposition irréductible avec notre civilisation actuelle où toutes les richesses sont consacrées à la vie terrestre et aux banalités matérielles. De nombreuses œuvres d’art actuelles en font largement état… L’idée de l’élévation de l’art, du spirituel a disparu. Parler du spirituel ou du Requiem de Mozart ne semble pas correct.

2 – Et puis il y a un art Divin où s’exerce cette création. Cet art apparait dans les temples, là où le roi préserve l’équilibre du monde. La statue du temple reçoit un culte quotidien. On l’habille, la nourrit l’encense dans des processions. Et les rituels son gravés sur les murs.
Sanctuaires et nécropoles sont des constructions gigantesques Il faut une main d’œuvre considérable pour édifier les monuments pharaoniques et les entretenir.
Les tables d’offrandes sont liées aux dons de l’exploitation des terres agricoles. Ainsi en Égypte l’art est utilitaire, fonctionnel mais il est un joyau spirituel de la civilisation mondiale.

Stylisation et Dessin. C’est un style linéaire ornemental Tout est sculpté avec précision selon des traits abstraits. Parfois le texte est l’essentiel du motif décoratif. L’écriture est proche du dessin : c’est une caractéristique du décor pharaonique.
Un Art Somptueux : les matériaux utilisés sont variés et proviennent d’Égypte ou aussi des colonies. Par exemple : le grès, le calcaire , le granit rose à Assouan, l’albâtre. Ce sont des blocs parfois gigantesques. Il y a aussi les pierres semi-précieuses : turquoise, cornaline,améthyste dans le Sinaï et aussi le cuivre. Le lapis – lazuli d’Afghanistan ; l’Or de de Nubie, l’argent d’Asie.
Les bois sont utilisés tels l’acacia,le palmier, le sycomore, et les bois locaux. Mais aussi les bois importés : cèdre, ébène , ivoire de Nubie. A partir de cette base, l’iconographie royale est fixée et aussi les canons du dessin. De plus on maîtrisera la taille de la pierre en architecture.

Les Tombeaux et les Temples constituent une Architecture Monumentale sacrée. Citons d’abord les masses rectangulaires des Mastabas. Puis à partir de la 3éme dynastie la Pyramide devient le symbole de la tombe royale. On découvre la pyramide de Djéser, à degrés, à escaliers que le monarque emprunte pour accéder au soleil. Ces célèbres tombeaux royaux sont sur le site de Giza : Chéops , Chéphren, Mykérinos.
Puis au cours du nouvel empire les souverains se font creuser des Hypogées. On creuse les caveaux dans le rocher pour recevoir la momie. Les textes et le décor mural de la chambre sépulcrale aident le monarque à renaître. L’Hypogée s’enfonce dans le rocher et le sarcophage est au fond dans la chambre sépulcrale.

Les temples. Les dieux ne sont pas sauveurs de l’humanité mais ils sont créateurs et régulateurs du monde. C’est un Panthéon multiple. Des systèmes théologiques expliquent la naissance de l’Univers à partir des principaux démiurges. Par exemple : Thot à tête d’Ibis, Ptah, Atoun ou Ré. Horus le Faucon, Hathor et Isis, Anubis l’embaumeur et Osiris roi dans l’au delà. Et les divinités locales qui s’imposent comme Amon à Thèbes. Le Temple est le palais des dieux : il rappelle le lieu primordial sur lequel le dieu démiurge a créé le monde.

Un disque solaire avec deux ailes déployées décore le sommet des porches. L’ensemble est un monde en réduction comme un résumé de la création divine et les plafonds imitent un ciel étoilé avec des vautours. A la base des murs sont des fourrés de papyrus évoquant la terre et la végétation.

A Edfou, le temple d’Horus (époque des Ptolémées) permet de préciser le plan de ces monuments divins.
L’entrée principale est le Pylône : il représente une forteresse symétrique protégeant le dieu contre les forces nuisibles et il figure aussi les deux montagnes entre lesquelles se lève le soleil.
Puis derrière cette façade plusieurs cours bordées de colonnes : c’est l’accès, la porte de l’édifice. Ce sont alors deux salles hypostyles avec colonnes s’ouvrant sur le NAOS qui contient la Statue du culte.
Ce Naos présente des chapelles de chaque côté. Et puis il y a de nombreuses annexes et magasins pour entreposer le nécessaire au culte quotidien. On veut aussi montrer la distance l’éloignement du Dieu en allongeant la perspective, jusqu’au saint des Saints.
Il est intéressant de montrer en somme la complexité des temples. Cependant autour de ces quelques éléments importants s’ajoutent:
– un Dromos, allée bordée de sphinx avant le pylône.
– un Mammisi maison de naissances annexée au temple.
– des cryptes sont aussi prévues pour entreposer le Trésor du Temple. Ce plan général du Temple Égyptien est bien connu au cours des époques.

Des éléments du Temple restent à décrire tels :
– les Colonnes et chapiteaux. dont les formes sont inspirées de végétaux, de palmes ou papyrus et témoignent d’un richesses d’inspiration religieuse.
le décor architectural : Bas-reliefs ou peintures sur bois ou sur pisé ou pierre. Le décor c’est l’horreur du vide car les plafonds sont recouverts ainsi que tous les murs. C’est un art intellectuel qui récréé l’objet pour faire apparaitre l’essence même.
Le Bas Relief comporte deux techniques différentes.
A l’extérieur des monuments on utilise une gravure profonde ; des rainures très accentuées.
A l’ intérieur, il s’agit d’un bas relief saillant. Le fond du relief est creusé pour faire ressortir le figures en méplat.

Autres éléments à étudier :
Le décor des tombes royales : les sépultures des vallées des Rois.
Le décor des tombes civils tels que les Mastabas de l’Ancien Empire.
Le décor des Temples.
La statuaire royale comme Chéphren ou Toutmosis. Le roi est immortalisé avec le pagne et la coiffure (les nèmes et uraneus)
La statuaire civile.
Tous ces points si particuliers et riches seront développés ultérieurement .

Tous ces aspects témoignent de l’art égyptien qui dans toutes ses caractéristiques est consacré au culte religieux, à l’esprit et à la vie dans l’au delà, avec le sens du Divin et du Sacré.

R. Dumoux

www.viapictura.com