En Papouasie

Image à la une : « Les Papous » Maquette colorée pour une toile de 5 mètres x 3. R. Dumoux © viapictura.com

Tel est le sujet de cette toile de 5 mètres x 3 et devant s’intégrer dans mon Ensemble monumental peint composé actuellement de 58 toiles de 5 mètres x 3.

Cette toile a une importance symbolique très forte à notre époque tourmentée.

En effet, nous vivons entourés de dangers qui menacent la nature et la vie.

Outre les diverses pollutions qui sont bien présentes partout, l’électricité semble bien positive avec la production de l’énergie et de la lumière artificielle.

Cependant cette production peut être dangereuse dans la façon de la distribuer : on vient d’apprendre que de nouveaux compteurs seront mis en place et informatisés, automatisés.

Il y a alors un gros problème : on sait de source sûre que ce compteur sera très polluant par ses ondes émises, très dangereux pour l’homme et même il pourra provoquer des incendies dans les maisons où il est placé…

A la suite de ces diverses pollutions et dangers mortels pour la vie sur notre globe le public semble se tourner de plus en plus vers l’observation de la vie , des tribus et ethnies qui restent en marge de nos civilisations. On admire leur culte des ancêtres et leur mode de vie immuable depuis des siècles.

C’est ainsi que j’ai pensé réaliser une toile monumentale où se trouve privilégié, mis en valeur comme exemple ou modèle de pureté initiale : le mode de vie des Papous.

Comment décrire cette toile ?

Il y a plusieurs personnages, certains occupés à construire une maison dans les arbres. Dans cet environnement forestier, plusieurs maisons sont suspendues dans les arbres. Évidemment la présence de la forêt est très importante sur toute la surface du tableau. Je dois dessiner de nombreux arbres.. une véritable forêt dans toute sa variété.

Un grand homme noir escalade une sorte d’échafaudage en branches liées pour constituer de grandes échelles ou échafaudages.
Peu à peu la maison se construit au moins à 10 mètres du sol, avec des branches entrelacées et ligaturées, liées solidement. Evidemment il a fallu prévoir de la même façon un plancher et des murs, tous constitués de branchages assemblés.

Dans cette toile on remarque ainsi des hommes qui construisent, assemblent des branches dans les arbres. On remarque aussi des femmes et des enfants, certains au sol ou occupés à la cueillette de fruits et de fleurs qui serviront aussi à créer des parures pour des fêtes rituelles ou pour constituer de grands masques.

Ils vivent nus ou presque. Il y a des scènes très émouvantes de femmes avec leur enfant. Mais il y a également des personnages en costume de cérémonie constitués de fleurs très colorées. Certains portent des masques de cérémonie constitués de plumes aux couleurs éclatantes.
Au sol, prolifère une végétation luxuriante faites de grosses et larges feuilles avec des fleurs monumentales très riches en formes et couleurs, les fleurs appelées « Pied d’Éléphant »… alors que tout en bas se profile parmi des tiges abondantes la forme ondoyante d’un serpent, le Python vert. Mais au sommet de la construction, au sommet des arbres trône un bel oiseau très coloré, un paradisier.

La composition de cette toile de 5 mètres met en valeur la forêt et les constructions des maisons dans les arbres à l’aide de branches. L’élément principal est la maison au centre de la composition. Et un homme y travaille en ajoutant des branchages qu’il va ligaturer. On distingue de façon évidente les échafaudages, banches assemblées de façon orthogonale.

Les autres figures de cette toile montrent les traditions et activités de ce peuple. Telles sont les parades colorées pour des danses rituelles. Cette danse c’est le Sing Sing rythmée par le son du Tambour. Il y a aussi la danse des squelettes, c’est à dire que les danseurs sont déguisés, maquillés et tatoués en squelettes.
Les matières colorées des masques et des costumes proviennent des plantes des fleurs très abondantes et volumineuses comme celles figurant au sol dans la toile. Pour ces masques et costumes, les Papous utilisent également des plumes d’oiseaux et en particulier celle du Paradisier (oiseau qui figure en haut de la toile, perché au sommet des branchages ).
C’est la vie en harmonie avec la nature avec sa pureté initiale loin des questions d’argent de pouvoir et d’oppression.

Cette toile « les Papous » est un élément important de mon ensemble monumental de 58 toiles de 5 mètres chacune. Elle se rattache à plusieurs autres telles que « les Aborigènes » ou encore « les Dogons », le Kénya et les Peul.

Ces réalisations développent une recherche sur les ethnies, comme si maintenant notre intérêt et notre curiosité étaient plus forts au moment des crises successives des économies fragilisées et remises en question. Tout cela se développe sur le fait de l’effondrement de certaines valeurs matérielles de nos civilisations modernes ultra sophistiquées.
Ainsi nous avons une attention grandissante pour les peuplades qui ont conservé la pureté initiale de la Vie, comme s’il s’agissait pour nous de préserver ce rêve de l’Eden, de l’Empyrée, du Panthéon de toutes les divinités, de Zeus à Dieu le Père, du véritable Paradis Terrestre.
Curieusement cette toile est sous la protection du bel oiseau perché au sommet, le Paradisier cher aux Papous.

R. Dumoux
www.viapictura.com

Toile « Les Papous » en cours de réalisation. Tempera sur toile, 5 mètres x 3. Mai 2016. Tous droits réservés. © viapictura.com

Dumoux_Papous

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s