Magie et pouvoir de la chevelure

Image à la Une : Dessin lignes et courbes – Mine de plomb sur papier – R. Dumoux

Il y a la chevelure de Samson. C’est la croyance au pouvoir de la Chevelure. Cette Chevelure lui apportait une grande force lui permettant de renverser les colonnes du temple. Dalila lui enleva cette force en lui coupant les cheveux. De nombreuses compositions montrent cette scène de Samson endormi alors que Dalila lui coupe sa longue et belle chevelure ondulée.
C’est un état d’esprit, de créativité, d’imagination et de vitalité de la pensée qui perdure depuis les sociétés antiques jusqu’à nous.
Les Égyptiens accordaient un grand pouvoir à cette magie des cheveux. Ainsi, on conservait des mèches de cheveux des défunts dans les tombeaux dans un reliquaire.
Les cheveux ont une forte personnalité et personnifie l’humain. On les modèle, on les met en valeur. On peut leur ajouter des mèches, faire des extensions ajouter des suppléments, une perruque s’ils faiblissent. Ou bien au contraire on les rase pour diluer l’ennemi et le condamner ou bien pour en faire un esclave.

A propos de la vitalité et du pouvoir autonome des cheveux on pense que l’on peut atteindre un être, le diminuer l’affaiblir le contrôler par ses cheveux.
Il y eut des scalps des Indiens d’Amérique et d’autre part les rituels vaudous pouvaient affaiblir ou contrôler un être.
Les anciens Égyptiens prêtaient à la chevelure un pouvoir magique: elle était protectrice pour les plus vulnérables, les enfants ou aussi les défunts. Au contraire on pouvait dominer un ennemi pour obtenir un empire .

Maintenant, ce pouvoir, cette magie semble avoir disparu de notre société actuelle depuis quelques années. Il y a encore là comme un affaissement de la civilisation du dynamisme viral lorsque l’on voit ces multitudes d’hommes cependant encore jeunes apparemment, ne pas présenter de chevelure ou avoir la crâne rasé et ressemblant à des prisonniers bagnards d’un autre temps ou condamnés par on ne sait quel tribunal supérieur. Bref c’est aussi là le signe d’une disparition de force, d’initiative et de richesse de la culture et de l’inventivité, au profit d’un esprit moutonnier et peu créatif.

N. B.
Dans les tombes et sarcophages antiques des Égyptiens on a découvert des tresses de cheveux emmêlés et enroulées et contenues dans une urne ou bien contenue dans une boule de terre cuite.
Bon nombre de mes dessins en courbes évoquent particulièrement ces riches enroulement de chevelures qui se rencontrent dans des portraits divers travaillés fréquemment.

dumoux_1970tête60x80
Portrait – Encre sur papier – 65 x 50 cm – R. Dumoux ©viapictura.com
Publicités