Le travail de la courbe en art

Image à la Une : Vue de mon atelier avec au premier plan un grand dessin en courbes

Dès les débuts de l’Art, la courbe prévaut, peut être à l’imitation de la Nature ou simplement épousant  le geste de la main qui spontanément ne maitrise pas complètement la  ligne droite, pour suivre un élan naturel.

Dans les premières étapes de mon travail la courbe s’est imposée. Nous en avons parlé précédemment en évoquant les ondulations de la chevelure ou les courbes parallèles des reliefs terrestres ou des  fossiles.
La courbe pour moi s’est imposée dès mes débuts dans mes dessins ou gravures et peintures.  Ce furent alors d’innombrables pages de courbes parallèles  qui peu à peu évoluaient et se transformaient dans un sens plus précis  comme des corps vivants qui se tordent jusqu’à des masques ou devenaient des arbres ou racines tortueuses.

Je pensais cela et en même temps découvrais les rochers de Gavrinis  aux décors de  courbes abstraites ou aussi à Carnac.
Je pensais aussi aux masques africains ou  aux tatouages ou  aux courbes de nivaux de l’art égyptien ou encore aux tatouages des Maoris avec leurs courbes parallèles infinies.
Ce furent de vrais études d’art à l’école de la Préhistoire ! Sous l’œil des Vénus plantureuses  de  Lespugue et Willendorf et des Vénus stéatopyges qui se trouvent être à l’origine de l’Art.
Ainsi fut mon chemin qui me conduisit à nommer cette période de ma création  » le Courbisme  » qui semble à l’origine de l’Art .

Le parcours était long et peu à peu il me vint à la pensée de progresser dans le temps et d’envisager les périodes de l’humanité plus évoluées ou de grande culture. Si l’antique  est riche en art de la courbe  (les voiles courbes ciselés dans le marbre des Grecs  en sont un bel exemple, dessinés jadis avec minutie en école de Beaux Arts), le moyen âge voit dans son œuvre phare, le livre de  Kells, l’acmé  de  la floraison de la courbe.
De même qu’elle se remarque dans le livre que j’ai sous les yeux à propos de  la Bible de Chartres. Et la courbe se retrouve essentielle dans l’art des enluminures au cours des siècles médiévaux.

Ce  voyage  accompagné de courbes est aussi évident au 16ème siècle avec l’école de Fontainebleau et se poursuit dans les siècles suivants  pour exalter la vitalité de la pensée de l’Art.
C’est la Pensée qui vit, se développe pour créer, peindre, sculpter, écrire, inventer. ..

Cette pensée de l’Art animée par la courbe revient actuellement dans mes grands dessins figuratifs de personnages et compositions figurées.

R. Dumoux  –  www.viapictura.com

EAomnNzWkAA9MZR
Mise en place du dessin d’une toile dans mon atelier – R. Dumoux ©viapictura.com

 

nor
Dessin sanguine sur papier – R. Dumoux
nor
Dessin sanguine sur papier – R. Dumoux
nor
Dessin sanguine sur papier – R. Dumoux
nor
Dessin sanguine sur papier – R. Dumoux

 

Pictorama : réintroduire dans l’art la peinture d’Histoire

Image à la Une : »Alexandre » Tempera sur toile 5 mètres x 3 – R. Dumoux

UN ENSEMBLE MONUMENTAL PEINT PICTORAMA : de la peinture d’Histoire à la fresque historique (ou à l’histoire des civilisations) 

Mon ensemble monumental peint, composé de plus de 65 toiles de 5 mètres chacune, semble bien voué à l’histoire et en particulier à l’histoire des civilisations. 
Je préciserai simplement ici quelques continents ou pays bien mis en évidence par mes grandes compositions peintes.
Chacune de mes compositions de 5 mètres témoigne du mode de vie en ce pays, de ses croyances ou cultes, et de toutes les données culturelles de son histoire :
ainsi je citerai entre autres, l’Australie et les aborigènes peints, dépeints, qu’il s’agisse de tatouage ou de sculptures ou de lieux protégés bien déterminés et montagnes protégés selon le culte des ancêtres.
De même je parlerai et montrerai les Indiens d’Amérique du Nord, ou les Papous et leur habitat traditionnel au plus haut des arbres ;
Ou encore le Tibet, avec les massifs vertigineux de l’Himalaya, les  moines et temples  Bouddhistes, les drapeaux de prières.
De même encore l’Inde permettra un voyage sur le Gange et l’occasion d’une fête, une bataille de pigments colorés, avec la description précise des temples et des costumes très colorés… il y a encore la Chine, l’Afrique ou la Mongolie, etc.
Ainsi  dans mes grandes compositions de 5 mètres, de  nombreuses  ethnies se trouvent présentées, détaillées et peintes dans leur paysage particulier.

©DUMOUX_ToilePictorama_SaintLouis
« Saint-Louis » – Toile du Pictorama – Tempera sur toile – 500 x 300 cm – Raymond Dumoux – ©viapictura.com

Finalement il s’est agit peu à peu pour moi de créer une fresque historique à la recherche d’une histoire des civilisations, et des caractéristiques de diverses ethnies.
Se déroulant selon les siècles, depuis la préhistoire jusqu’à nous, du passé au futur, selon les pays, les traditions ancestrales, les coutumes de chaque jour ou les cultes sont ainsi abordés et décrits dans ces grands panoramas peints.
Certains aspects du passé sont mis en évidence dans cet ensemble monumental comme certains aspects de la vie actuelle ou même de l’avenir, avec la science, les nouvelles technologies, la conquête de l’espace ou les procédés de la robotique et des implants avec l’avancée de la médecine.

©DUMOUX_ToilePictorama_Africa
« Africa » – Toile du Pictorama – Tempera sur toile – 500 x 300 cm – Raymond Dumoux – ©viapictura.com

NB : Par mon travail, je réintroduis dans l’art la peinture d’histoire. A ma façon personnelle très laborieuse et sur deux plans.
Ces deux plans procèdent d’une part d’un processus pratique et d’autre part d’un processus  intellectuel.
Sur le plan du processus pratique ou technique, c’est le développement du métier de la peinture avec toutes ses exigences : le métier de la peinture qui a exigé un long apprentissage : c’est alors la connaissance des pigments des liants et de leur mise en forme pour une utilisation correcte et dans l’ordre naturel. Il s’agit aussi de la préparation des supports, des encollages, des préparations au plâtre ou au blanc d’Espagne, puis de l’utilisation des pigments et des liants permettant de les broyer. Comment ensuite travailler le dessin sur ces supports et comment ébaucher en jus transparents, en travaillant la couleur en couches légères et transparentes pour aussi la saturer, et enfin accuser les contrastes et créer les lumières…

Ce procédé semble de première importance au regard de l’histoire de l’art universel de tout les temps. Il est incontournable.

R. DUMOUX
www.viapictura.com

-> Voir mon article précédent sur la peinture d’Histoire

-> Voir la galerie d’images du Pictorama

Dumoux_Papous
« Les Papous » – Toile du Pictorama – Tempera sur toile – 500 x 300 cm – Raymond Dumoux – ©viapictura.com
Dumoux0402s
« Les Incas » – Toile du Pictorama – Tempera sur toile – 500 x 300 cm – Raymond Dumoux – ©viapictura.com
Dumoux_IGP2555
« L’Inde » – Toile du Pictorama – Tempera sur toile – 500 x 300 cm – Raymond Dumoux – ©viapictura.com

PATTERN ART

Image à la Une :  Toile de Raymond Dumoux – 150 x 200 cm – 1984

Ce nom est l’appellation d’un mouvement pictural en Amérique dans les années 75 à 85 ou 90. Mouvement assez bref mais d’une portée intéressante et qui eut pour mon travail une certaine influence. Plusieurs expositions de ce mouvement ont été organisées à Vienne ou Aix le Chapelle.
Cela correspondait aussi à New York à une rétrospective de Myriam Schapiro et d’autres artistes qui présentaient dans l’art actuel récent la relation avec Arts and Crafts, entre le décoratif et l’artisanat.

Ce mouvement résulte de la volonté des artistes du moment, de puiser une inspiration dans les Arts décoratifs.

MSCHA001_TheBeautyofSummer_19731974_-70x50_lo
Miriam Schapiro
The Beauty of Summer, 1973-1974
Acrylic, fabric on canvas, 70 x 50″
© Miriam Schapiro/Artists Rights Society (ARS), New York
Courtesy Eric Firestone Gallery

On inversa ainsi le Hight and Low sans intégrer par exemple le Pop et les médias et leurs produits. On s’approche ainsi de quelque chose de plus addictif (de moins réducteur) comme ci-dessous Robert Zakanitch, le fondateur de Pattern, en s’attachant à diverses traditions de l’Ornement.

zakanitch_Nerman_Install_4
Big Bungalow Suite III, 1991-92, Acrylic on canvas, 11 x 30 ft. Collection of the Artist. (Installation View: The Nerman Museum of Contemporary Art, OverlandPark, KS, 2015

Aussi à partir des années 78-80 j’ai été très attiré par les diverses réalisations du Pattern.
Je dois dire que précédemment j’ai beaucoup travaillé dans le sens de Support-Surface sur toiles libres mettant en valeur des trames répétitives constituant des géométries faisant apparaitre les formes de losanges de carrés ou carrés sur la pointe dans un nombre considérable de toiles libres traitées de cette manière, toutes de dimensions variables de 150 ou 200 voir 300 cm. C’est un corpus d’au moins 150 à 200 toiles sur 10 ans. Cet ensemble parait suffisant pour me permettre d’en parler d’autant qu’il a une importance sur l’évolution de mon travail au cours des années à venir.
Cette caractéristique abstraite géométrique m’interpela pour créer des éléments figuratifs qui prenaient ainsi racine dans les trames colorées. Parfois au début il s’agissait simplement de faire intervenir une tige de feuillages sur le côté de la toile, perturbant la surface d’ensemble plutôt minimaliste.

toileR.DUMOUX
Raymond Dumoux – Toile 150 x 200 cm – 1984

De véritables compositions figuratives virent ainsi le jour, inspirées de photos de presse, de petits croquis personnels, de paysages ou figures noyés ensuite dans des jeux de trames.
Procédé qui me plut d’autant qu’il me rappelait beaucoup certaines techniques de miniaturiste.

Cela m’apprit aussi la manière de la grande peinture composant un tableau classique (Poussin) à partir de bandes verticales et horizontales, très pertinentes et proches de la trame des pixels de l’image informatique.
Ainsi l’image de l’œuvre s’enrichit de plus en plus avec des figurations et des compositions très marquées.

Ces compositions furent imaginaires, fantaisistes ou bien simplement inspirées de canevas de tapisseries populaires ou de compositions très classiques reprises des maître du passé.

DUMOUX_1986-1
Raymond Dumoux – Toile 150 x 200 cm – 1986

Un grand développement se déroula pendant des années recherchant la séduction de sens et de couleurs des arts classiques que ce soit la tapisserie, le vitrail ou les sujets bibliques ou encore les thèmes sensibles et romantiques ou troubadour.
Cette veine importante de mon travail se déroula de 1974 à 1985 environ, en glissant de plus en plus vers une peinture assez « classique » liée aussi à la mise en évidence bien marquée du Métier de la peinture et de ses exigences. Études réalisées dans leur complexité depuis 1968, 1970.
Conjointement pendant toutes ces années le travail fut complexe en dessins (plume, mine de plomb) et gravures sur cuivre au burin, en pointe sèche ou à l’eau forte, à propos des mêmes thématiques, fonctionnant comme une diffusion de ces tableaux.
Tout se définit alors de mieux en mieux pour élaborer de véritables compositions picturales regroupées parfois par thèmes précis, de la mythologie au biblique ou évangélique.

Ainsi furent réalisées des séries à propos d’Ulysse, de Moïse, des Bacchanales ou issue du Romantisme populaire, lyrique, théâtral avec les figures des romans populaires.

Ce projet ainsi retracé de mon travail est une approche partielle car j’ai l’intention de remonter dans le temps, pendant les années ou je pratiquais un art à la fois abstrait surréaliste et aussi bien déterminé classique dans ses sujets.
Il se peut aussi que je démarre un projet à partir de mes innombrables dessins de courbes répétitives toutes de format A4 datant de 1963-1964, de mes origines avec mes deux mille dessins de toutes obédiences. La courbe a en effet une grande importance dans tout mon travail comme élément premier, élément de vie, de naissance, à l’instar de mes actuels dessins en 2019, tout de courbes et traitant de figures et de compositions symboliques.

De même il se peut que, en fonction d’évènements ou de la vie, j’abonde dans le sens de l’historique, du préhistorique, archéologique ou civilisationnel, voie que j’ai déjà entamé pour partir à la découverte de mondes anciens mais nouveaux qui répondraient à notre quête assoiffée de ce Sens maintenant perdu dans les brumes de la banalité.

 Je reprendrai le cursus de mon travail là où je l’ai laissé en 1998 ou un peu avant avec mon ensemble monumental peint de 65 toiles de 5 mètre sur 3 qui peu à peu m’a offert, s’en m’en rendre compte, une grande ouverture sur l’histoire du monde et des civilisations.
C’est une sorte d’appel vers l’ethnologie qui semble offrir maintenant, une destination non partisane à l’art et opposée aux répétitions des années passées ou opposées aussi à l’exploitation de la banalité quotidienne comme elle a cours si souvent maintenant.
Ainsi peut se développer et éclore aujourd’hui cette grande découverte du monde bien nécessaire à notre humanité pour laquelle nous recherchons un sens.

Raymond Dumoux
www.viapictura.com

DUMOUX_1984-4(120x150)
Raymond Dumoux – Toile 150 x 200 cm – 1984
DUMOUX_1986-3(150x200)
Raymond Dumoux – Toile 150 x 200 cm – 1986
DUMOUX_1986-2(200x300)
Raymond Dumoux – Toile 150 x 200 cm – 1986
DUMOUX_1985-1(200x300)
Raymond Dumoux – Toile 150 x 200 cm – 1985
DUMOUX_1984-2(150x200)
Raymond Dumoux – Toile 150 x 200 cm – 1984

 

L’histoire du monde Juif – Toile de 5 mètres x 3 – Pictorama

Image à la Une : « L’Histoire du monde Juif » – Tempera sur toile – 5 mètres x 3 – Raymond Dumoux – 2019 – Vue dans l’atelier

Développant mon ensemble monumental peint de plus de 65 toiles de 5 mètres x 3, je me suis intéressé à plusieurs civilisations d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique, ou encore d’Australie. (voir sur www.viapictura.com)
J’ai omis d’évoquer l’histoire du monde juif, cependant peu à peu je me suis imprégné de ce monde impressionnant, de son histoire au cours des siècles pour réaliser une toile monumentale de 5 mètres x 3. Parcours immense que je ne savais pas bien comment aborder, étant pris dans un labyrinthe de noms, de siècles, de citations divines, d’images de combats, de guerres mettant en scène des peuples très divers, tout cela résonnant d’échos trop parlants dans nos vies.

Pendant plusieurs mois, des brouillons chahutaient dans mes pensées et il était impossible de me décider ou d’effectuer un choix d’éléments majeurs dans cette foule de personnages, de lieux et faits de toutes époques.

Cependant je me suis décidé à comprendre de près cette longue histoire, grâce à mes livres et à des emprunts à ma bibliothèque. J’ai tout relu, tout réappris, pris des notes.
Bien sûr ce sont imposées les images pendant la guerre.
Et puis naturellement j’ai imaginé dans le désordre le Temple, Jérusalem, la tour de Babel et surtout le mont Sinaï.
Ainsi je m’approchais d’une composition déjà bien encadrée dans laquelle je devais maintenant tisser la trame et la chaîne sérieusement en choisissant les meilleurs acteurs et lieux possibles.
Peu à peu j’ai progressé au long de l’histoire et la Chronologie selon les épisodes majeurs. Depuis Abraham ! Jusqu’à nos jours.
J’ai pris de nombreuses notes écrites et réalisé des croquis ou dessins précis nombreux.

Puis la composition de cette toile s’est précisé et j’ai composé selon 4 registres horizontaux et de haut en bas, depuis les lointains évènements célestes jusqu’aux faits désastreux de notre histoire proche.

Le point de départ fut l’image d’un monument géologique au centre en haut du format : le mont Sinaï ;
Le ciel orageux sous les éclairs entoure la figure du Créateur qui présente à Moïse les Tables de la Loi. Moïse reçoit les tables dans un geste d’adoration.

Dumoux_IMGP5402
« L’Histoire du monde Juif » – Tempera sur toile – 5 mètres x 3 – Raymond Dumoux – 2019 (détail)

Dans ce registre se distingue à gauche Abraham dans un paysage antique avec la représentation de la tour de Babel ; il se libère de l’Égypte avec son troupeau et sa suite et se dirige vers le Sinaï.
Moïse ayant reçu les tables de la loi, il fuit l’Égypte et se dirige vers la terre promise. Il conquiert la ville de Jéricho.

Dans la bande au-dessous sont présentés les trois Rois : Saul, David et Salomon avec leurs armées et leur actions déterminantes.
David conquiert le Temple de Jérusalem et Salomon va l’embellir : il est là, recevant la Reine de Saba.

Dumoux_IMGP5410
« L’Histoire du monde Juif » – Tempera sur toile – 5 mètres x 3 – Raymond Dumoux – 2019 (détail)

David est aussi présent par ses poèmes et sa Harpe accompagné de Bethsabée ;

Dumoux_IMGP5414
« L’Histoire du monde Juif » – Tempera sur toile – 5 mètres x 3 – Raymond Dumoux – 2019 (détail)

Et puis plus tard le Roi Hadrien (à partir de 117 de notre ère) chasse les Juifs en protecteur de la culture Gréco latine. Ce sera la Diaspora et les juifs sont exilés en Europe en Afrique ou Espagne etc… Ils s’installent en divers pays sans être acceptés réellement et vivent par leurs propres moyens du commerce et du travail avec l’argent.

Le Temple de Jérusalem sera détruit par les Romains avec Titus. Au dessous du Temple on remarque sur cette composition, la destruction du Temple et puis on voit les soldats de Titus qui emportent le chandelier à 7 branches en direction de l’Empire Romain. Cet scène est visible sur l’arc de triomphe de Titus à Rome.

Dumoux_IMGP5403_2
« L’Histoire du monde Juif » – Tempera sur toile – 5 mètres x 3 – Raymond Dumoux – 2019 (détail)

Tout à gauche un groupe de cavaliers semblent poursuivre des Juifs, il s’agit des Croisés, nous faisant passer à l’époque médiévale où les Juifs furent aussi chassés.ou persécutés.

De là, après d’autres faits nous passons à la période contemporaine avec la Shoah.
Cependant au delà de ces faits et du génocide, le peuple juif semble se régénérer. En témoigne la présence d’une Synagogue magnifique telle qu’on en découvre à Budapest ou Berlin. Ces monuments évoquent la survie du monde juif. Ils retracent l’Histoire des communautés Juives d’Europe et de Méditerranée, leur culte et les processions qui peuvent avoir lieu (comme en bas à droite de cette toile).

Dumoux_IMGP5415
« L’Histoire du monde Juif » – Tempera sur toile – 5 mètres x 3 – Raymond Dumoux – 2019 (détail)

Si la recherche que je présente dans ce texte est simplifiée, il n’en est pas de même dans la réalisation des lieux historiques peuplés d’environ 100 figures dans cette toile de 5 mètres x 3, travaillée a tempéra selon le procédé de la grisaille.
Ce déroulement d’images et d’histoire peut faire penser à la Bande dessinée.
Sans doute à cause de la succession d’images mais la lecture en demeure très libre. Un sens de lecture existe mais il n’est pas trop dirigé. C’est à dire que le spectateur peut examiner une image point de départ et ensuite naviguer librement avec d’autre images.

N. B. : Le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme à Paris. (voir le site du MAHJ)
Ce Musée à Paris est ouvert depuis 1998 dans le Marais et parcourt les traditions et expressions des Juifs de l’Antiquité à nos jours. Il y a là une très belle collection d’objets historiques.
Citons un exemple :
Une Arche Sainte provenant de la Synagogue de Modène et datant de 1472.
Cette Arche est destinée à l’est de la Synagogue au rangement de la Thora, de ses rouleaux. (Voir ici)
Composée de deux corps, c’est une forme d’édifice dont le haut est crénelé comme une tour fortifiée, une allégorie du nom de Dieu.
Elle présente un tablette avec un motif d’un vase de Fleurs qui est une allusion à l’arbre de Vie, symbole de la Thora.

R. Dumoux
www.viapictura.com

Dumoux_IMGP5400
« L’Histoire du monde Juif » – Tempera sur toile – 5 mètres x 3 – Raymond Dumoux – 2019

Regards sur l’Art et la pensée de l’Art (4)

Image à la Une : Vue du Projet de Crucifix pour Jérusalem

(Articles divers au jour le jour…)

Cette pensée de la sainte Russie me conduit à reconsidérer les Saintes Écritures. 
D’autant plus vivement que en ce moment je travaille à un grand Christ en Croix inspiré des Croix de Saint Damien.

Ce travail représente une icône de 1,70 m de haut  et 1,50 m de largeur pour ses bras, destinée à la chapelle édifiée sur le lieu de la 7éme Station du Chemin de Croix, Via Dolorosa à Jérusalem.

DUMOUX_Crucifix
Crucifix pour la chapelle de la 7éme Station, Via Dolorosa, Jérusalem – Projet coloré – Raymond Dumoux

Cette œuvre Sacrée sera peinte, réalisée a tempéra selon le procédé que j’explique sur mon Blog Viapictura, au sujet des grands principes du métier de la peinture (panneau de bois marouflé de toile et préparé au plâtre et à la colle de peau, en couches minces et transparentes. Vient ensuite la peinture est à l’œuf – jaune et blanc – liant les pigments colorés. (ce sont les procédés des diptyques ou triptyques par exemple)
Dans cette réalisation il y a là pour moi une grande humilité et une vénération, un grand honneur (en pensant modestement à Van Eyck ou à Antonello de Messine ou à Barthélémy d’Eyck), Maîtres que je revisite avec  la plus grande admiration.

Raymond Dumoux
viapictura.com

à propos de mon Dessein

Image à la Une : « Les 2000 dessins » Raymond Dumoux 1962-1963

Un espace cosmique se développant à partir d’un point, d’un noyau ou embryon. Mon travail de dessin, de composition, de graphisme se développe depuis les années 60 avec les 2000 dessins  de 1962-1963.
Ils constituent une origine qui se prolonge jusqu’à maintenant de façon plus ou moins  apparente mais très inspirée par la Courbe.

img_20190121_142117_resized_20190121_022907216
« Glyphes Maya » – Sanguine sur papier – Raymond Dumoux – 2019

Partant d’un point, d’un embryon, un dessin se déroule en spirale de plus en plus grande pour se développer ou se propager alentour avec de multiples ramifications qui aussi vont se développer en courbes parallèles se superposant. C’est la caractéristique d’un développement embryonnaire.
Certaine page des dessins sont très abstraites mais ensuite se diversifient. Elles font apparaitre des silhouettes animale ou humaine des yeux, muscles, bouches… Des corps assez complets évoquant les Vénus préhistoriques par exemple.
Ainsi tout un monde va naitre ! : une sorte de Biodiversité.
Ces  courbes parallèles paraissent aussi comme des courbes de niveau définissant les relief du sol de la montagne comme des rochers ou sculptures égyptiennes.
Jusqu’à relier les courbes de jardins Zen aux reliefs créés sur les Rochers de Gavrinis en Bretagne.

¨Plus simplement ce travail de la courbe trouve un aboutissement dans certains portrait et dans toutes le figurations de mes toiles qui en effet conservent cet aspect nature dans le développement de la souplesse des corps, des drapés et des anatomies. »  … Jusqu’au visage du Christ de Claude Mellan.

dumoux_1970tête(60x80)
« Dessin à la plume » – Encre de Chine sur papier – Raymond Dumoux – 1970

Mon travail de dessin – Avril / Juillet 2018.

Image à la une : Mise en place du dessin d’une grande toile de 5 mètres. R. Dumoux ©viapictura.com

Comme j’ai pu l’écrire, chaque jour un travail graphique s’impose à moi. Chaque jour, au moins 2 à 3 pages dessinées sortent de l’ombre, prennent naissance et cela depuis plusieurs décennies.

Ce sont des desseins inspirés parfois de catalogues imposants de Rembrandt à Poussin ou Dürer ou encore des Fresques des temples de Lhassa au Tibet ou de Turquie comme  des églises romanes… Images et desseins inspirés aussi des revues d’art comme « l’Estampe », ou  des miniatures de Jean Fouquet et de Jean Bourdichon et de bien d’autres.

Enfin ce sont aussi des dessins imaginés librement évoquant un souvenir, un concept issu de ma pensée, de mes lectures ou bien simplement le souvenir d’œuvres vues et analysées, que ce  soit au musée d’Orsay ou au Louvre ou encore au centre Pompidou pour se terminer au palais de Tokyo avec le monde actuel ou au musée d’art moderne de la ville de Paris. Autant de lieux que j’ai bien souvent fréquenté (sur une durée d’environ 30 ans) en visitant de très nombreuses expositions ou rétrospectives à Paris. En témoignent mes feuilles de notes ou petits croquis, schémas de ces années là.
Et aussi ailleurs, ce furent des dessins inspirés  du geste puis d’une forme automatique qui se développe indéfiniment et par milliers.

Ce travail de dessin est une expression mais aussi une recherche et une étude d’œuvre pour une nouvelle création ou  une connaissance d’un moment particulier de mon histoire et de l’histoire proche des siècles passés ou bien visant le futur. Cette approche est comme une lecture qui permet de comprendre, de méditer à la pointe du crayon l’esprit qui en émane.
C’est aussi une compilation, peut on dire, où le monde se bouscule de l’antique à l’art l’actuel, artistique, scientifique ou cosmique.
Cette prolifération exprime la liberté de tout appréhender. C’est la conquête d’une liberté  sans  frontière qui va me permettre de créer selon une graphie particulière qui est le fil conducteur de ma pensée  comme un influx du cerveau, un enregistrement qui se met en mouvement, et trace, écrit ou danse.

Ainsi quelques exemples avec les titres  de mon travail actuel peuvent être cités :

Les grandes figures mythologiques de Jupiter à Hercule ou Orphée et le Panthéon complet  ou comme actuellement la mise en place d’une toile de 3 mètres à propos d’Orphée et les animaux accompagné cette fois-ci d’Eurydice.
L’inspiration biblique de Moïse à  Jésus.
Ou Bouddha ou encore les divinités et cultes des Ethnies et peuples d’Afrique ou d’Asie.
– Les cabinets de curiosité comme celui d’Aldrovandi.

L’inspiration des grands maîtres de Dürer,  Rembrandt à Piero della Francesca ou Titien.
– L’Inspiration des trésors des Manuscrits de Topkapi à l’Enluminure Médiévale en grand nombre qui sera étudiée et dessinée librement de façon assidue.

L’ensemble de cette accumulation dessinée de milliers de dessins interroge .. comme une vue Kaléidoscopique du monde. Cependant, derrière cette somme apparait nécessairement une communauté d’esprit entre  tous les éléments. Par exemple, il y aura un mouvement, un graphisme, une écriture proche et familière à chaque  page.

Pourquoi ce dessin se démultiplie t’il ?
D’abord c’est un besoin personnel de graphie quasi permanente.
Puis, de la simple copie, le dessin devient une recherche de composition originale. Il peut aussi être considéré comme pièce de collection dans un ensemble graphique et iconographique  sur le même thème.

Cette  somme de dessins est la base de l’ensemble de mon travail selon un choix personnel vécu : des gravures, eaux fortes, burin, panneaux  a tempéra, toiles de 150 cm x 250 et enfin un ensemble monumental peint de 65 toiles de 5 mètres x 3 : C’est un panorama historique de l’humanité depuis le Big Bang jusqu’à maintenant et se projetant dans l’espace, dans la robotique, les implants et le futur ou l’espace.

 Que dire de cet ensemble sinon qu’il n’est pas comme un navire échoué.
Ce ne sera pas cela mais comme un sauvetage de l’esprit, de la recherche, de l’intelligence et  de la générosité, de l’humanisme.

_____________________________________________________

A la suite de cela, on peut évoquer le  DESSIN à l’époque de Rembrandt avec l’importance majeure du dessin au XVIIéme siècle.
Les élèves de Rembrandt comme lui même devaient dessiner chaque jour. Le dessin était une matière générale enseignée aux enfants.
Dès l’âge de 12 ans, le jeune peintre Moses ( au 17éme siècle)  réalise des dessins à partir de la sculpture antique et de la Renaissance. Puis il fait des copies d’estampes de Dürer, Blomaert ou Carrache. Il peint des scènes narratives comme Moïse sauvé des eaux ou le Jugement de Salomon. Les dessins de toute la famille sont conservés par le père puis transmis aux descendants : cela montre l’importance du dessin au 17éme siècle, la compréhension et l’intelligence de cet Art et de sa Pensée, la Pensée de L’Art .

Dès l’antiquité, La devise d’APPEL était :
NULLA DIES SINE LINEA. 
Ce mot, rapporté par Pline l’ancien, était populaire en Hollande.
On encouragea à dessiner tous les jours : « Qu’aucune journée ne se termine sans avoir tracé un trait « . Appel incarne  cette maxime.

Citons un exemple d’un grand processus créateur à partir du Dessin :
Il eut lieu en Hollande au XVIIéme siècle à l’époque de Rembrandt. Il fallait maitriser la pratique du dessin.  Van Mander décrit ainsi les préparations du dessin pour créer une peinture.
On était déjà rompu au dessin depuis l’enfance car le dessin dès les premiers âges était enseigné dans les programmes scolaires.
Van Mander, théoricien de l’art a décrit ainsi comment on s’attache aux dessins sous-jacents  qui sont tracés directement sur le tableau ou la toile ; et guidant  l’artiste dans la réalisation de la peinture. Certains artistes ont réalisé leur dessin directement sur la toile ou le panneau et ensuite les ont couvert de couches transparentes en superposant les couleurs.

 Plusieurs étapes se succèdent ainsi :

– 1 Le tracé à partir du Dessin précis est l’étape cruciale pour la réalisation et la réussite du tableau. Il est du ressort exclusif du peintre.

– 2 La prééminence du dessin, reposait sur l’idée que sa pratique aiguisait le regard et qu’il  fixait dans la mémoire un objet d’étude.

– 3 Sa technique et pédagogie : dessiner les membres du corps un à un puis comment les combiner, d’abord pour un enfant puis pour un adulte et enfin assembler 3 ou 4 personnes pour réaliser une composition, un ensemble de figures.

Il y eut à cette époque une grande quantité de dessins et de carnets qui ont disparu, ce qui parfois nous prive  d’information sur les techniques et les sujets ;
Une autre fonction du dessin au 17éme en Hollande  était de cataloguer ses dessins dans un livre, un Carnet de modèles.
Un Artiste à l’époque de Rembrandt se devait de posséder et de publier un livre d’estampes représentant des statues, pour offrir à l’Art des fondements universels et classiques, antiques et réels.

_____________________________________________________

btyMes collections de dessins par milliers sur des années se rapportent à ce travail de compilation des anciens maîtres et en soi constituent une richesse de références mythologiques, bibliques, historiques et aussi par rapport à l’actualité des sciences, de la robotique, à la conquête de l’espace ou de la biotechnologie ou à la biodiversité.
(Se joint à cette compilation  de dessins, mes collections de gravures  depuis les années 75-80.
Exemple sur le site viapictura.com : Diaporama de 40 gravures de l’ensemble monumental peint.

Autres fonctions du dessin :

Dans les siècles passés le but du dessin étaient de parvenir à proposer des modèles pour la sculpture, le vitrail ou la tapisserie et aussi divers modèles pour les artisans. C’est un exemple de la prééminence du dessin qu’il est essentiel de maîtriser pour réaliser des compositions en peinture et des cartons pour les métiers d’art.
Il y eut aussi les dessins de cartouches, les cartes topographiques, les atlas, et les frontispices. Divers artistes ont produit des cartes du Monde. Par exemple Berchem et ses allégories des éléments naturels au 17éme siècle.
Ce sera aussi  la production dessinée, gravée pour être diffusée, des arts appliqués avec des modèles de cartouches, de vaisselles comme un projet de salière de Wetwael. D’autres  artistes ont travaillé ainsi des modèles d’orfèvrerie  maniériste à Utrecht.
Enfin les architectes ont dessiné des projets très aboutis pour des églises, hôtels de ville, pour un yacht royal comme pour la plupart des projets d’ustensiles usuels.

En dernier lieu il apparait  que le Dessin fut la porte ouverte à la production d’un grand art :
la Gravure qui sera développée brillamment
et diffusera à l’aide de ses multiples textes et  estampes, l’histoire, la vie, les grands chefs d’œuvre de tous les temps de la peinture, de la sculpture à l’architecture.
Les xylographies, les burins et eaux fortes sont produites comme œuvres indépendantes ou comme illustrations de livres ou encore pour diffuser  la grandeur d’un pays ou d’une nation ou d’un Roi.
Au 16éme siècle, Cock publie Brueghel l’ancien, Floris et aussi des dessins de Stradanus, de De Vos très détaillés qui étaient ensuite gravés sur cuivre.
Également  les dessins de Vinckboons qui représente des ripailles de mendiants et pouilleux.

_____________________________________________________

L’ensemble de ce texte ci dessus peut paraitre désordonné  et disparate. Il est l’image d’une prolifération de l’Art du dessin, omniprésent dans les diverses activités de l’Art et de la vie en société, mais aussi toujours présent partout en tout lieu  et à toutes les époques des  civilisations.
C’est tout cela d’ailleurs qui détermine l’importance majeure du dessin.

Ainsi, le corpus de mes dessins devient peu à peu une somme immense et comme un cosmos ou un océan infini qui sera la source de toutes mes réflexions et de toutes mes compositions.

N.B. Chacun de mes dessins est suffisamment travaillé et sur la marge ou bien en haut ou bas, chaque page souvent contient  des annotations, un texte. Ces annotations expliquent au lecteur l’origine de la composition ainsi que la description du  contenu graphique, légendaire ou symbolique. Ce commentaire permet au lecteur grâce à Google d’entrer dans le détail complet du dessin présenté.
L’ensemble des centaines de dessins ainsi commentés devient un répertoire impressionnant et d’un grande richesse pour composer… écrire ou peindre et humblement je dirais qu’il me rappelle l’utilisation par les maîtres anciens de la Légende dorée de Jacques de Voragine.

 R.Dumoux
 www.viapictura.com

_IGP4685
Panneau dessiné – R. Dumoux ©viapictura.com

La GRAVURE mon travail actuel

Image à la une : l’atelier de gravure de Raymond Dumoux (Photo Stéphane Dussably, ©viapictura.com)

De longue date je travaille durant chaque hiver à la gravure en pointe sèche ou à l’eau forte et au burin.

Cette année de nouvelles réflexions se font jour relativement à ce travail.
L’écriture, la gravure, le Livre, l’expression d’une intention, d’un dessein, d’un graphisme particulier (ici par les procédés de la taille douce) sont bien présentes et comme confirmées ..
Il s’agit là de la faculté de dire, d’exprimer et de transmettre des notions, des concepts permanents de la culture. Aussi nous pouvons nous ressourcer dans Homère, Horace, Ovide ou Jésus. Se ressourcer aussi pour transmettre et sensibiliser les autres à ce qui fait la richesse de notre culture, depuis Sumer et l’épopée de Gilgamesh (voir Blog viapictura Gilgamesh)

La  gravure comme l’écriture semble être une fonction du langage qui se pratique, se perpétue  par les mots, par les signes cunéiformes, par les lettres, par les phrases et les images.
Le signe gravé est un geste, un appel dans l’espace, un mouvement, une Danse. Il est chargé d’une expression émotive et ensuite il devient  un mot, une image, une métaphore. Il prépare à une communication profonde avec autrui. Il résulte d’un bon fonctionnement physique des muscles tendons ou nerfs avec suffisamment de force et souplesse… depuis la Main qui parle.

Toujours en considérant le lien entre notre corps physique et l’écriture, la planche gravée sur cuivre offre au toucher, en l’effleurant, un plaisir des sens, une familiarité de lecture (qui peut faire penser à l’écriture braille)

Et aussi se discernent les contours, les formes, aplats et dégradés comme si on ressent les profils et modelés d’un portrait en médaille dans ses moindres finesses.
Ainsi on pense là aux camées et aux portraits antiques jusqu’à nos médailles réalistes des portraits de personnalité sur certaines pièces de monnaie.
Mais il s’agit là d’un autre grand chapitre de l’Histoire de l’art.


En fait il existe deux éléments à distinguer dans la pratique de la gravure en taille douce.

– D’une part l’atelier du graveur, son organisation rigoureuse avec tout l’outillage et son ordonnance précise pour des réalisations parfaites

D’autre part, l’esprit du graveur qui surgit, né de ces pratiques du métier mais aussi surtout d’un ailleurs humain du graveur, comme un fluide avec sa culture, jusqu’à sa main, dans l’intimité de ses muscles et de son système nerveux qui détermine des gestes très personnels, avec un élan, un lyrisme vital qui se déroule depuis ses neurones. Comme si se situait là, la vérité du graveur… dans  une véritable calligraphie personnelle.


L’atelier de gravure de Carole Texier à Paris. (http://www.caroletexier.com/media)
Maxime Préaud dans « Nouvelles de l’Estampe » donne une description du plus grand intérêt, de son installation et de tout l’outillage nécessaire à la pratique de la gravure :

Sont passés en revue la situation de cet atelier et ses divers compartiments. Il y a l’orientation de la fenêtre au Nord, devant la table, protégé de la lumière trop forte et irrégulière par un calque.
Il y a la table encombrée de burins, d’une pierre à aiguiser, une loupe, une paire de ciseaux au bout arrondi, des grattoirs, ébarboirs, des échoppes. On découvre une boîte emplie de tortillons de cuivre, comme des spirales obtenues par le glissement du burin sur le cuivre au moment de graver les courbes.. Tout proche un ébavureur qui permet de biseauter les bords du cuivre. D’autres petits outils tels un cutter, une lime, une plaque de cuivre pour tester l’affutage du burin, une pince à épiler.
De l’autre côté de la table à dessin, il y a des étagères sur lesquelles s’entassent des papiers, des blocs de dessins, de vieilles photos, des pastels. Le long du mur on découvre des rouleaux de papier, sur une table de nuit des gants blancs pour ne pas salir les estampes, des bouchons de liège pour planter les burins et les protéger. Sur une cheminée, 22 volumes de la collection  Nelson (il yen a 451)
Toujours sur la cheminée  en marbre rouge on voit des sculptures en chêne calciné et ciré  représentant des pénitents de Séville, des plies de plaques de cuivre travaillées ou non
On aperçoit une estampe du livre de Carole Texier : Nazareno de Séville, des gravures en bois de 2015, la semaine sainte : ce sont les différentes confréries de pénitents qui défilent dans les rues de Séville ;
Et puis on remarque aussi les rayonnages d’une bibliothèque. Une partie est réservée à la musique ! le flamenco , Fitzgerald. Il y a des romans Russes  Tolstoï, Dostoïevski, Guerre et Paix de Tolstoï. Des arabes comme Mahfouz, des livres sur l’art  et en particulier « Le Traité du Burin de Flocon »

Ainsi c’est une impressionnante découverte que l’atelier de Carole Texier à Paris. Nous est dévoilé un véritable métier d’art dans toute sa complexité et sa richesse.


Bien que travaillant moi même la gravure et connaissant ces pratiques, depuis des années, je suis impressionné, devant cette organisation parfaite, sans commune mesure avec mon atelier  personnel qui apparait  plus pauvre.  Je dispose cependant d’une belle petite presse à taille douce et de tous les outils de base.
Dans la description de mon atelier apparait surtout son caractère humble, humide avec parfois des moisissures ici ou là . On ressent des humidités et des mousses, des poussières et toute une présence qui fait songer aux élevages de poussières de Marcel Duchamp.

Il y a des entassements divers, des catalogues anciens, des piles de vieux journaux ou chiffons, du papier de journal froissé et noirci qui a servi aux premiers essuyages des plaques, selon un usage courant. Des pots de peinture sur des rayonnages de fortune. Il y a ma presse  et tout près une table de travail, recouverte d’épais journaux comme un coussin .
Et autour de cette table sur un rayonnage sont bien en évidence les outils essentiels de la gravure : les encres, boîtes ou tubes, les tampons à encre, des bouchons de liège préparés pour les encrages, des boîtes contenant des burins protégés de bouchons de liège. De chaque côté de cette table  son entassées des piles de cuivre de gravures plus abouties et enveloppées. On distingue un réchaud à gaz et des  abrasifs légers, gomme à gravure. Sur d’autres étagères des bouteilles d’acide, un flacon de Miror et puis il y a de la tarlatane sur un fil tendu au plafond avec divers chiffons. Papiers de verre, chiffons voisinent aussi avec des épreuves tachées ou ratées.

 On s’attend à faire des découvertes : avec des entassements de papiers divers, du plus banal au plus précieux, du papier de soie du commerce se mêle à de belles feuilles de papier de Richard de Bas ou bien à des fragments de papier Rives plus ou moins aquarellé mais aussi lavé et frotté, donc usé. Et encore des anciens registres notariés utilisés parfois pour réaliser des palimpsestes. Il y a aussi des épreuves abandonnées dont les bords sont parfois maculés de taches de rouille, de pigments.

(Les épreuves réalisées se collectent en abondance dans des valises et des caisses en divers endroits de la maison-atelier) sous la forme de stock imposants.

On imagine très vite dans cet atelier, une sorte de personnage dessinant ou gravant sur le mur un ex-voto, un désir ou un portrait de mémoire accompagné d’une date. Tout cela à l’aide d’une pointe quelconque qui entaille et raye la cloison de la cellule… pour un envol vers la Liberté… à partir de cette petite lucarne que l’on peut voir sur une photo.

 N.B. Cet article fut écrit au moment du travail de plusieurs cuivres et en particulier sur Orphée. Maintenant, un grand cuivre  sur l’historique de  la Russie est en cours de réalisation.

R. Dumoux
www.viapictura.com

L'atelier de gravure de Raymond Dumoux. Photo Stéphane Dussably. ©viapictura.com
L’atelier de gravure de Raymond Dumoux. Photo Stéphane Dussably. ©viapictura.com

La Russie au cours des siècles

Image à la une : éléments et premières recherches pour la composition d’une toile de 5 mètres x 3 sur la Russie

EKPHRASIS ou description verbale d’une toile monumentale à propos de la RUSSIE au cours des siècles. Projet de 5 mètres x 3

Avant toute réalisation, j’effectue dans cet article une sorte d’inventaire descriptif de toutes les composantes d’une toile que j’envisage depuis des mois déjà à propos de La Russie,  depuis la Russie des tsars à l’Union Soviétique et à sa fin pour un renouveau plus orthodoxe en relation avec le centre culturel et spirituel orthodoxe inauguré récemment à Paris.
Ma conception première est d’envisager une composition horizontale  en deux bandes superposées.

– La partie inférieure de la toile étant consacrée au communisme  de l’union soviétique avec tous les problèmes d’organisation et de politique.
– Et puis la partie plus aérienne, on peut dire spirituelle, moins matérialiste, étant plutôt rattachée à  l’histoire de la Sainte Russie et à des renaissances éventuelles qui se font jour.

– Bien sûr des passages font que ces deux bandes ne sont pas étanches et permettent entre elles des passerelles importantes.

Le drapeau rouge (avec le marteau et la faucille en jaune (ainsi que l’étoile symbole de l’Armé Rouge des républiques socialistes soviétiques triomphe sur la bande du bas de la toile.
Opposé sur la bande supérieure flotte le drapeau  Tricolore  Blanc  Bleu Rouge de retour le 22 aout 2016 , (ce drapeau tricolore  date du Tsar  Alexis  (1745) et il est de retour à l’occasion de la Fête du Drapeau  en Russie).

Ces deux grands symboles laissent  la place au déroulement des divers évènements qui ont ponctué  les grands moments de l’histoire russe.

– Dans  la bande en bas de la composition apparaissent les portraits  de Marx  Lénine et Staline ; ou la statue de Lénine au Kremlin  bien évidente.

Diverses manifestations populaires ou simplement connues du communisme seront évoquées. Le Marxisme définit l’homme par le travail. L’Homme est un animal qui produit. Il y a aussi l’autorité, les camps avec Staline , les camps de travail et  aussi de redressement. De même les grands travaux du peuple seront décrits et aussi des images du Goulag. Parfois la mort sera présente, en particulier avec l’évocation de l’assassinat de Nicolas II et de sa famille.

– Dans la Bande supérieure, seront développées des figures de l’histoire de la Sainte Russie et du monde Orthodoxe.
Le paysage caractéristique  de l’architecture Russe sera évident et imposant : par exemple la cathédrale de Pokrovsk sur la place Rouge, le chef d’oeuvre de l’architecture nationale Russe, temple de Saint Basile.
Ou encore le clocher d’Ivan le Grand, partie centrale de la composition architecturale  de la place du Kremlin. l’architecture nationale Russe.

– Un choix d’églises bien caractéristique de la Sainte Russie pourra être présenté. D’ailleurs des éléments de fresques  et de décors d’iconostases ou de Déisis  retrouveront cette couleur transparente et lumineuse d’esprit et de foi des peintres d’icônes et en particulier de Roublev.

– Des passages, des passerelles existent entre les deux bandes de ma composition. J’évoquerai en particulier  la conquête de l’espace. La figure de Youri Gagarine (1er cosmonaute du monde ) parmi un  éventail de  satellites et de constructions spatiales.  Avec par exemple une vue du pavillon Cosmos, la route du Cosmos.
Il me reste maintenant à dessiner  et surtout  à assembler, à composer dans la toile ces éléments divers  .

R. Dumoux
www.viapictura.com

"La Russie" - Maquette pour une toile de 5 mètres x 3 - Tempera sur panneau - R. Dumoux - 2017 - ©viapictura.com
« La Russie » – Maquette pour une toile de 5 mètres x 3 – Tempera sur panneau – R. Dumoux – 2017 – ©viapictura.com

les VIKINGS, projet pour une toile de 5 mètres x 3 de l’Ensemble monumental peint

Image à la une : « Les Vikings » maquette pour une toile de 5 mètres x 3 – © R. Dumoux – Décembre 2015

Suite à la mise au point d’une maquette en noir et blanc (et projet couleur), je commence à graver à la pointe sèche (pointe diamant) sur cuivre : les Vikings.

Il s’agit là d’un nouveau projet de toile mesurant 5 mètres x 3.
Cette toile est destinée à mon Ensemble monumental peint, panorama sur l’histoire de l’humanité composé d’au moins 50 tableaux a tempéra sur toile de 5 mètres x 3 chacun.

Comment conter et suggérer la vie de ces peuples Vikings vivant dans un espace aussi vaste et sur 3 ou 4 siècles ?

Cela m’a contraint à dégager les éléments les plus significatifs de leur histoire. J’ai du considérer les divinités et les personnages principaux tels que Eric le Rouge ou bien Rollon ou encore les dieux et idoles comme Odon ou Thor…. Sans doute ces figures peuvent être présentes dans la réalisation.

Tout d’abord il m’a fallu plusieurs mois (2 ans depuis la 1ère pensée) pour réfléchir et reconnaitre les traits marquant de l’histoire des Vikings, qui me semblait très complexe. Alors j’ai compulsé des documents, des images, des textes et j’ai aussi regardé des films ou vidéos. Peu à peu, après étude et comparaison de ces sources, se sont imposées dans mon esprit des impressions fondamentales.

– En 1er lieu, j’ai constaté que pendant 3 siècles, entre 750 et 1050, la vie économique et politique du monde nordique est dominée par l’activité militaire et commerciale des Scandinaves, connus sous le nom de Vikings par le monde chrétien, qui les a dépeint comme des pirates sanguinaires d’une férocité inégalée.

– D’autre part j’ai pu voir dans les Vikings de grands aventuriers et navigateurs avec leurs Drakkars sur les mers du Groenland (en 982), en Terre neuve (en 1000) à la Russie (en 753) et au travers de la France, à Paris dans les années 800, et dans toute l’Europe, en Sicile et comment ils sont les ancêtres des Normands. J’ai retenu alors leur cruauté, leur violence insatiable, leurs pillages et rapines, la sauvagerie, les crimes de vrais barbares. Et puis j’ai eu connaissance de leur culte de ces idoles païennes et de leur mythologie . . .


Depuis des mois, pour moi, il en fut ainsi et je ne progressais pas dans ma recherche, lorsque, un jour, je me suis rendu compte que les Vikings à une époque donnée, fabriquaient de grandes Croix de Bois Immenses comme celle du Christ. Intrigué j’ai continué mes recherches et peu à peu j’ai découvert un fait majeur et indiscutable : comment ils s’étaient peu à peu convertis au Christianisme.

Un élément important dans cette conversion est peut être ce qui s’est passé en France avec le Roi Charles le Chauve : en 856 Paris est à nouveau attaquée : les vikings menacent de tout brûler si on ne leur verse pas une somme d’argent. Charles Le Chauve s’exécute (en 860). Parallèlement les Vikings semblent se calmer et en même temps avec les proximités du peuple chrétien et sous l’influence des rois, sur plusieurs siècles, peu à peu ils se christianisent.
Plus tard et à la suite de cette évolution, les preuves de la christianisation se font jour avec ces illustres trésors d’enluminures de la chrétienté (le livre de Kells) qui témoignent de leur conversion. Et puis il y eut toutes ces églises en bois comme en Norvège, ces chefs d’oeuvre d’architecture.
La Christianisation se fit donc ensuite progressivement par le contact avec les populations des pays envahis. En contact avec la Foi catholique ; ils s’intègrent peu à peu et finalement l’adoration de la Croix du Christ leur paraissait compatible avec celle des idoles.
Voilà en quelque sorte, l’évolution que j’ai voulu retracer dans cette composition historique peinte.


Description de la composition  » Les vikings »
Ce format horizontal voit un développement de gauche à droite.

Tout à gauche arrivent les Drakkars. Les vikings débarquent sur le sol et s’approchent du monastère anglais de Lindisfarne qui est pillé, incendié (en 793), (dans la composition, l’incendie devient une énorme tache noire avec des flammes rouges)

En bas à gauche les moines sont massacrés et l’on distingue aussi deux Vikings qui dévalisent des objets et monnaies.
Plus au centre de la composition : on remarque d’une part des moines au sol et d’autre part des sortes de sculptures qui sont les idoles brisées, au pied d’une grande sculpture, représentant une idole Viking. C’est déjà comme le symbole de la Transition d’un passage d’un monde à un autre.

Les moines ont été assassinés mais maintenant les idoles sont renversées.

Un point culminant de cette évolution est l’édification de ces merveilles d’architecture en bois que sont les églises des vikings, tellement présentes et admirées en Norvège.

C’est le passage du paganisme barbare au christianisme : on le comprend avec la présence d’une grande croix monumentale de bois que les Vikings se mirent à tailler dans les campagnes… Ainsi ils s’adonnèrent à la construction d’églises en Bois.

Enfin un symbole important de cette époque des vikings, de leur conversion au christianisme est le développement des manuscrits enluminés. Ils sont ainsi représentés sur ce tableau en bas à droite :

il s’agit du livre de Kells (le grand évangéliaire de Saint Colomba.) qui est considéré comme un chef d’œuvre majeur dans l’art de l’enluminure. Il est le manifeste caractéristique de l’art irlandais et de ce style mémorable fait d’une ornementation très riche à base d’entrelacs. (le livre de Kells fut réalisé autour de l’an 800)

N B . : Saint Colomba (521- 597) est le missionnaire qui a introduit le christianisme en Ecosse et au Nord de l’Angleterre. Voir l’abbaye d’Iona.

R.Dumoux
www.viapictura.com