Le travail de la courbe en art

Image à la Une : Vue de mon atelier avec au premier plan un grand dessin en courbes

Dès les débuts de l’Art, la courbe prévaut, peut être à l’imitation de la Nature ou simplement épousant  le geste de la main qui spontanément ne maitrise pas complètement la  ligne droite, pour suivre un élan naturel.

Dans les premières étapes de mon travail la courbe s’est imposée. Nous en avons parlé précédemment en évoquant les ondulations de la chevelure ou les courbes parallèles des reliefs terrestres ou des  fossiles.
La courbe pour moi s’est imposée dès mes débuts dans mes dessins ou gravures et peintures.  Ce furent alors d’innombrables pages de courbes parallèles  qui peu à peu évoluaient et se transformaient dans un sens plus précis  comme des corps vivants qui se tordent jusqu’à des masques ou devenaient des arbres ou racines tortueuses.

Je pensais cela et en même temps découvrais les rochers de Gavrinis  aux décors de  courbes abstraites ou aussi à Carnac.
Je pensais aussi aux masques africains ou  aux tatouages ou  aux courbes de nivaux de l’art égyptien ou encore aux tatouages des Maoris avec leurs courbes parallèles infinies.
Ce furent de vrais études d’art à l’école de la Préhistoire ! Sous l’œil des Vénus plantureuses  de  Lespugue et Willendorf et des Vénus stéatopyges qui se trouvent être à l’origine de l’Art.
Ainsi fut mon chemin qui me conduisit à nommer cette période de ma création  » le Courbisme  » qui semble à l’origine de l’Art .

Le parcours était long et peu à peu il me vint à la pensée de progresser dans le temps et d’envisager les périodes de l’humanité plus évoluées ou de grande culture. Si l’antique  est riche en art de la courbe  (les voiles courbes ciselés dans le marbre des Grecs  en sont un bel exemple, dessinés jadis avec minutie en école de Beaux Arts), le moyen âge voit dans son œuvre phare, le livre de  Kells, l’acmé  de  la floraison de la courbe.
De même qu’elle se remarque dans le livre que j’ai sous les yeux à propos de  la Bible de Chartres. Et la courbe se retrouve essentielle dans l’art des enluminures au cours des siècles médiévaux.

Ce  voyage  accompagné de courbes est aussi évident au 16ème siècle avec l’école de Fontainebleau et se poursuit dans les siècles suivants  pour exalter la vitalité de la pensée de l’Art.
C’est la Pensée qui vit, se développe pour créer, peindre, sculpter, écrire, inventer. ..

Cette pensée de l’Art animée par la courbe revient actuellement dans mes grands dessins figuratifs de personnages et compositions figurées.

R. Dumoux  –  www.viapictura.com

EAomnNzWkAA9MZR
Mise en place du dessin d’une toile dans mon atelier – R. Dumoux ©viapictura.com

 

nor
Dessin sanguine sur papier – R. Dumoux
nor
Dessin sanguine sur papier – R. Dumoux
nor
Dessin sanguine sur papier – R. Dumoux
nor
Dessin sanguine sur papier – R. Dumoux

 

Publicités